A la rencontre de Damien Legendre, Web designer et créateur de l’UX Rennes

Dans la catégorie Graphisme & Webdesign, Un regard sur Breizh

Damien Legendre nous confie sa vision du métier et ses projets. Rencontre.

Comment êtes-vous devenu webdesigner ?

J’ai eu un parcours particulier mais il n’y a pas que moi à être comme ça maintenant vu les difficultés à trouver la bonne orientation. Les conseils donnés sont en plus souvent pourris.

Très concrètement, on est plein à bifurquer dans plusieurs voies. Pour la faire courte,  après le bac, je suis allé faire une fac d’histoire parce que je voulais être prof, chose qu’au final je ne suis pas devenu. J’ai enchaîné avec un BTS en commerce que j’ai eu puis j’ai fait une licence administration économique et sociale, le tout en alternance. Lors de ma licence, j’ai effectué des missions de com. Ce n’était pas forcément ce que je voulais faire mais je me suis lancé là-dedans. J’ai fait un peu de graphisme sur des petits supports de com pour la boite dans laquelle je bossais. Je me suis dit bon ok, ça me plait bien donc j’ai fait le tour des écoles de graphisme qu’il y avait à Rennes. J’en ai choisi une où je suis allé faire de l’alternance et c’est comme ça que je suis devenu infographiste, puis plus précisément après webdesigner.

C’était plus dans l’optique d’être graphiste au début ?

Ouais c’est ça ! Graphiste et effectivement après le webdesign m’a particulièrement plu. Aujourd’hui, c’est clair que je m’épanoui bien là-dedans. Je ne me vois pas faire autre chose.

Pour quelle agence travaillez-vous en ce moment ?

J’ai changé en début d’année. Je bossais dans une boîte qui s’appelait Mobizel qui fait des applications mobiles. Aujourd’hui, je suis chez Lunaweb, une agence web. En général, ça les gens connaissent. Et c’est terrible Lunaweb ! C’est parfait quoi !

Pouvez-vous nous en parlez un peu plus ?

En gros c’est une agence web qui a une forte volonté de rentrer dans une démarche UX […]. Ils font des tests utilisateurs. Depuis peu, on a une UX researcher […] qui va imaginer les façons dont on va pouvoir aller chercher les informations auprès des utilisateurs.  […] C’est la dimension un peu plus originale par rapport à d’autres agences web que peut avoir Lunaweb et clairement à Rennes c’est une des précurseurs dans ces méthodes-là.

“Je trouve ça juste passionnant,
c’est une remise en question permanente”

Et ce qui vous plaît le plus dans votre métier ?

Ce qui fait déjà que ça me plaît, parce que je peux être un peu du genre à me lasser facilement de certaines choses un peu répétitives, c’est que justement, enfin pour l’instant, j’ai toujours trouvé un moyen de réorienter le profil que j’ai pu avoir. Effectivement au début je faisais du webdesign, un petit peu d’intégration web etc. Après j’ai lâché l’inté parce que je préfère plutôt me concentrer sur les interfaces. Je suis allé vers de l’ergonomie, de l’expérience utilisateur. Aujourd’hui, j’en suis à faire passer les tests utilisateurs, à faire des entretiens utilisateurs, à observer les gens qui vont utiliser les produits sur lesquels j’ai bossés et du coup ça, je trouve ça juste passionnant ! En fait c’est de la remise en question permanente. J’adore justement ce boulot car il m’amène à me dire des fois “nan mais ça jusqu’à aujourd’hui, j’ai fait comme ça mais c’est trop nul et il faut plus que je fasse comme ça. Ce que je faisais c’était vraiment une connerie” et j’adore me dire ça. Enfin me rendre compte que ce que je faisais ce n’était pas bien, ça j’adore. Et donc du coup je ne m’en lasse pas parce que c’est toujours une perpétuelle évolution. Après c’est vrai dans de nombreux métiers j’imagine mais dans celui là particulièrement.

C’est cette perpétuelle évolution qui vous plaît ?

Oui c’est vrai qu’il y a aussi cette part là, mais ce n’est même pas la plus importante. La plus importante c’est vraiment les gens, les gens qui sont tous différents d’un sujet à l’autre. […] Par exemple sur les projets sur lesquels j’ai pu bosser cette année, j’ai travaillé sur une application PIll’Oops, pour le planning familial pour que les femmes sachent quoi faire quand elles oublient leurs pilules. Très concrètement sujet qui me parle que très moyennement (rires) mais pour lequel j’étais super content de bosser. Du coup, j’ai rencontré des femmes au planning familial, je suis allé là-bas avec une conseillère. On les voyait, on leur posait des questions pour essayer de comprendre ce qui pose problème comme est-ce que vous savez quoi faire quand vous oubliez votre pilule ? etc. Il y a des choses sur l’application que je n’aurais jamais conçu si je n’avais pas vu les gens et ça c’est un exemple parmi tant d’autres, 90% du temps je travaille sur des projets dont je ne suis pas l’utilisateur.

Vous parliez de Pill’Oops, y-a-t-il d’autres projets qui vous ont marqué, où vous avez vraiment aimé bosser dessus ?

Il y a des projets où effectivement le projet était super bien. C’est vrai que Pill’Oops c’est un des plus marquants. C’est là où j’ai pu aller vraiment tout seul avec “ma bite et mon couteau”. J’ai appris à faire la partie UX de bout en bout, j’ai vraiment pu appliquer tout ce que je voulais. […]

Généralement vous passez combien de temps sur un projet ?

C’est vraiment très variable, ça dépend. Ça dépend de sa taille, de ce que l’on va ajouter comme étape. Un site e-commerce peut être très long par exemple à réaliser. Parfois, il y a des petites applis qui sont très rapides à faire, et puis ça dépend si on fait des tests utilisateurs, des interviews utilisateurs. Ça peut aller de quelques jours à des mois, voire des années. C’est très variable !

“On se disait qu’à Rennes il faudrait qu’il y ait des trucs et personne le fait, mais si personne le fait c’est peut-être pas parce que c’est une mauvaise idée. C’est peut-être parce que juste personne ne sait le faire ou a envie de le faire. Donc bref, on a qu’à le faire

UX RENNES

Luna Web

Et au sujet de l’UX Rennes ? Quel était le projet ? Comment ça a été créé ?

L’UX Rennes, ça a été créé il y a 3 ans, en 2014, […] On se connaissait déjà avec Audrey Rivy et Guillaume Genest qui sont tous les deux à Lunaweb. Avec Audrey Rivy, on s’était dit que c’était dommage, l’UX, on n’en parle pas beaucoup à Rennes. Eux, étaient vachement en avance là-dessus à Lunaweb. Moi de mon côté je faisais partie d’un collectif qui s’appelle Flupa, c’est une organisation qui fait la promotion de l’expérience utilisateur France-Luxembourg […] Finalement c’est vrai qu’on avait un intérêt commun et donc on a fini par parler ensemble, on s’était fait un petit pique-nique un midi Boulevard de la Tour d’Auvergne, et on s’était dit, bon c’est quand même trop con de devoir aller à Paris pour voir des conférences sur l’UX, alors que ça intéresse tout le monde. “On est content d’y aller mais on se disait qu’à Rennes il faudrait qu’il y ait des trucs et personne le fait, mais si personne le fait c’est peut-être pas parce que c’est une mauvaise idée, c’est peut-être parce que juste personne sait le faire ou a envie de le faire, donc bref, on a qu’à le faire”. On a fait ça au début avec des petits afterworks, des soirées de conférence. On a commencé par la soirée de conférence avec 50-60 personnes au 4bis, et puis, petit à petit,  on a la salle de 200 personnes qui s’est remplie, […] ça cartonne bien, les gens ont l’air d’être contents puisqu’ils reviennent. C’est cool, et puis le jour où ça cartonnera plus, c’est que ça ne sera plus utile, on arrêtera, c’est pas très grave. Ca nous apporte aussi de le faire parce que ça permet de voir des supers orateurs, si on était que 3 ou 4 on ne les ferait pas venir alors que là il y a 200 personnes, ça justifie qu’ils descendent.  […]

Et elles sont gratuites ces conférences ?

Oui c’est le but jusqu’à nouvel ordre, c’est gratuit et ça doit le rester. On va plutôt mettre en place un système de sponsoring plus financé, on a souvent mis de notre poche mais c’est parce que ça nous plait mais c’est pas toujours facile. Il ne faut surtout pas que les gens aient à payer, c’est pas culturel, c’est un peu de l’information, mais nous on a envie que ce soit gratuit. C’est du boulot d’organiser ces trucs-là, après les gens sont super sympas, ils sont reconnaissants, on est content de continuer.

 

Cet article vous a été offert par Charlotte Saunier, Estelle Morel, Ophélie Lagranderie et Sarah Le Forestier.

Sources:

http://uxrennes.co/
http://www.lunaweb.fr/

Vous avez aimé cet article ? Faîtes le nous savoir en postant un commentaire ! :)