L’évolution du buzz marketing à travers le temps

Sources

Cet vidéo a été réalisée par Nicolas, Juliette, Marina et Charline

Les nouvelles méthodes de promotions pour séduire et renforcer la fidélité du public

Comment, à travers le buzz marketing, les marques promeuvent-elles leurs produits et services dans le but de renforcer la fidélité et de séduire le public ?

À l’ère du digitale et des nouvelles méthodes de consommation du public, les marques ont l’obligation de créer un contenu toujours plus inattendu. L’importance de la fidélisation et de la satisfaction du client est au coeur de toutes stratégies de communication. Pour cela, on remarque de plus en plus l’utilisation du “buzz marketing” qui attire l’attention de façon originale. Les marques sont conscientes qu’elles doivent créer une communauté afin que ce même public puisse en convertir d’autres. La notion de fédération du consommateur donne un rôle majeur à celui-ci. Il se sent inclus à travers les valeurs, l’histoire, les traditions ou encore les codes que véhiculent la marque.

Les actions de buzz marketing se font de plus en plus originales, spectaculaires et mémorables. Et ce, afin que leurs marques s’inscrivent de façon permanente dans l’esprit des consommateurs.
Ces actions suivent une évolution sociétale, une évolution comportementale des consommateurs ainsi qu’une évolution des nouvelles méthodes de marketing, dit marketing 2.0.

Afin de renforcer la fidélité du public, les actions de buzz marketing sont de plus en plus marquantes et s’appuient sur une communication innovante. La fidélité d’un client se traduit par une répétition d’achat de produits ou services et reflète sa préférence par rapport à la concurrence.

Comment entretenir sa communauté ?

Tout d’abord, on observe une volonté expérientielle interactive. Ce qui amène le consommateur à être “ consom’acteur ” : cette notion est caractéristique de notre époque. Ces nouveaux comportements de consommation se créent grâce au Web 2.0 qui fait circuler les informations beaucoup plus rapidement. De ce fait, la “consom’action” a largement contribué au besoin de devenir un acteur du changement.

Créer une relation durable qui engendrera de nombreux effets positifs pour la marque devient également important. Adopté un marketing relationnel garantie une relation durable et à long terme. Elle consolide la fidélité des clients et propose un contenu. Mais également une communication qui ne se limitent plus à des messages purement promotionnels dans les boîtes mails. En effet, cette masse d’information envahit le consommateur. Au delà de l’image de marque, il est essentiel d’intégrer l’individu dans une relation de proximité, de créer un certain lien avec sa communauté afin de faire vivre une expérience unique.

Cette fidélité entre dans un enjeux stratégique majeur à l’heure où le public est constamment démarché par une immensité de marque. Il est crucial d’entretenir l’engagement de ses clients. De nos jours, la concurrence est de plus en plus présente. Il est alors nécessaire de se démarquer auprès des consommateurs mais également important de proposer une expérience différente.

Zoom sur Disney

Dans le cadre de la sortie des films Aladdin (mai 2019) et Le Roi Lion (juillet 2019). Plus besoin de les présenter, Disney est une véritable religion qui a su s’implanter comme leader dans le monde du dessin-animé et cinématographique. Malgré tout, l’importance de perpétuer l’engagement du consommateur est au coeur de leurs stratégies de communication, notamment grâce au buzz marketing. L’opération de promotion de la sortie du film Aladdin, avec comme égérie Will Smith, s’apparente à une opération de street marketing.

L’envergure de cette manoeuvre est à la hauteur des espérances quant à la fanbase de Disney : surprenant, époustouflant, mémorable et inattendu. Voilà les maîtres-mots de Disney pour consolider, séduire et entretenir la fédération de leur communauté – voire leurs adeptes.

Zoom sur Netflix

La séduction du public est une des valeurs essentielles du marketing et par
extension, du buzz marketing. Pour illustrer nos propos, nous avons étudié les buzz marketing qui tournent autour de Netflix pour promouvoir ses séries à succès. Relativement jeune dans le milieu, Netflix connaît un succès époustouflant en moins de 10 ans. Arrivé en France en 2014, l’enthousiasme n’est pas sans attendre puisque Netflix est aujourd’hui le leader mondiale de streaming vidéo grâce à des créations originales, un concept qui met tout le monde d’accord et une relation de proximité unique avec sa communauté. Netflix s’est positionné comme le roi des réseaux sociaux. En effet, pour eux, créer un lien particulier avec ses clients est primordial ; ainsi, leurs actions promotionnelles en découlent.

Qui n’a pas entendu parlé de la série espagnole à succès, La Casa de papel ?

Aujourd’hui, lorsque nous parlons de “ La Casa de Papel ”, nombres savent de quoi nous voulons parler. En effet, la nouvelle série espagnole a su faire parler d’elle depuis sa sortie sur la grande plateforme de streaming.
Pour la série de braquage, Netflix a vu les choses en grand. Lors de leur promotion pour leur nouvelle saison, Netflix a, une nouvelle fois, su faire parler d’eux. Et cela en innovant et en surprenant dans leur campagne de communication avec un buzz d’une grande ampleur technique.

Pour être en accord avec leur série, la plateforme de streaming a pris part de différents médias en les hackant. C’est en juillet dernier que les fans de La Casa de Papel ont pu voir apparaître “le professeur”. Il parlait de “la resistencia” sur les écrans d’affichage de la gare de Lyon et de la gare du Nord à Paris. Mais ce n’est pas tout, Netflix aime voir les choses en grand, ils ne se sont alors pas arrêtés à ce buzz. Une fois les écrans de gare hackés, c’est au tour de la presse papier. C’est également en juillet que la une de différents journaux locaux (tels que le parisien, midi libre ou encore le courrier picard) publient une Une hackée par “la resistencia”, l’image de marque de La Casa de Papel .

Ces campagnes de communication ont marqué le grand public. Mais ce n’est pas sans compté sur Netflix pour s’arrêter sur ce buzz. Une de leur campagne a principalement étonné : le hackage du média de la télévision. Pourquoi vouloir passer de la publicité promouvant la série sur des chaînes de télévision ? Cela peut paraître étonnant de la part de Netflix, nous savons tous que la télé est l’ennemi principal de la plateforme de streaming. Mais bien évidemment, ce buzz était bel et bien réfléchi ; peu de temps après, Netflix et Canal + ont annoncé leur partenariat. Ce buzz, dit alors buzz marketing, n’était alors pas innocent de la part de Netflix. Avec ces buzz, Netflix a convaincu, séduit et étonné une fois de plus son public.

Dans la notion de “buzz marketing” pour promouvoir et séduire le public, les marques arrivent une nouvelle fois à nous étonner dans la forme et le fond. Les canaux utilisés et le contenu sont de plus en plus innovants, originaux et réfléchis.

Sources :

Cet article a été écrit par Emilie et Olivia

Le buzz marketing aujourd’hui

Le buzz marketing peut être défini de plusieurs manières. Certains définissent cette notion comme étant une opération de communication péjorative pour une entreprise quand d’autres la définissent comme étant la meilleure manière de faire parler et de se faire connaître. Mais qu’en est-il réellement dans le milieu professionnel ? Nous sommes allés à la rencontre de Gervais Duchemin, directeur clientèle à l’agence Sauvage pour en discuter. Il nous livré ses impressions sur le buzz marketing et nous a parlé de son expérience professionnelle.

«Qui êtes-vous ?»

Je suis Gervais Duchemin, directeur clientèle à l’agence Sauvage, agence de communication, de marketing et de digital à Rennes. L’agence à 15 ans.

Nous sommes chargés d’accompagner les entreprises et les marques via nos 3 expertises principales : le conseil en publicité et la stratégie marketing, la conception et la création visuelle ainsi que la mise en place de solutions digitales sur-mesure (site web, référencement, webmarketing, webdesign). En tant que directeur de clientèle au sein de l’agence, je suis chargé de définir les territoires de communication et les stratégies de marque en collaboration avec la direction marketing et communication. Je suis également chargé de la prise de brief avec les clients. Lors du projet, je pilote les briefs, le planning et le budget des dossiers et je travaille également sur le développement commercial de l’agence.

«Pouvez-vous nous expliquer les différences entre buzz marketing et marketing viral ?»

Selon moi, le marketing viral est une stratégie construite, c’est un levier à activer qui permet de propager la communication d’une entreprise. Cela va susciter de l’engagement petit à petit. Le marketing viral a une vitalité naturelle grâce aux contenus proposés. Toutes les entreprises aujourd’hui souhaitent bénéficier de la puissance de leur communauté digitale pour engendrer de l’engagement. Tandis que le buzz marketing est une opération coup de poing, dans la rue par exemple, qui n’est pas construite sur le long terme et qui permet à l’entreprise de faire parler d’elle de façon très ponctuelle. Les retours du buzz marketing ne sont pas forcément maîtrisés. Je perçois cette notion comme étant plutôt subie par l’entreprise que construite. C’est un terme qui renvoie souvent à des bad buzz.

Pour conclure, la réelle différence selon moi entre ces deux notions est la construction de la stratégie. Le marketing viral est construit alors que le buzz marketing est plus ponctuel.

« Quelle est votre définition du buzz marketing aujourd’hui ? »

Comme je disais précédemment, je considère le buzz marketing comme une opération coup de poing. Elle va impacter le consommateur et aura pour but de communiquer autour du lancement d’un produit. C’est une notion ponctuelle, le buzz marketing ne s’inscrit pas sur la durée et il n’est pas forcément maîtrisé par les entreprises. Les retombées médiatiques sont subies.

« Quelles sont, selon vous, les tendances actuelles du buzz marketing ? »

Je ne sais pas quoi répondre car il n’y a pas vraiment de tendances autour du buzz marketing. Je pense que c’est passé de mode. En revanche, il y a tout de même une tendance de fond qui est le concret. Les entreprises utilisent cette stratégie non pas pour présenter un produit mais pour présenter leur image de marque et leurs engagements. C’est pour cela que je pense que le buzz marketing est passé de mode. Les entreprises sont plutôt sur une tendance de réassurance que de buzz.

Le buzz marketing comme levier de communication n’est plus tendance.

« Avez-vous des conseils à nous donner pour un buzz marketing réussi ? »

Pour réussir son buzz marketing, je pense qu’il faut qu’il soit accompagner et maîtriser. Cela ne doit pas être une opération en one shot. S’il est juste jeté sur une campagne publicitaire, un film télé, une opération événementielle, dans la rue ou autre, il n’est plus maîtrisable. Le buzz marketing doit être accompagné par du marketing viral ou une stratégie de relation presse pour accompagner ce qui a été fait.

« Avez-vous déjà travaillé sur un buzz marketing ? »

Avant de travailler à l’agence Sauvage, j’ai travaillé pendant 10 ans au Stade Rennais, club de football. Mais avant d’être un club de foot, c’est une entreprise de spectacle. C’est un écosystème à part entière et un environnement très passionné. Nous avons travaillé sur une stratégie de communication qui devait sortir de l’environnement football pour aller séduire de nouvelles cibles.

Lors de la journée de la femme, nous avons déployé une campagne publicitaire avec beaucoup d’achat d’espace (présent sur toute l’Ille-et-Vilaine). Le visuel de cette campagne était un canard qui était en fait un sex-toy. L’opération visait à faire la promotion d’un match avec un tarif à 5€ pour les femmes. L’accroche était « Venez vibrer, 5€ pour les femmes ».

Cette campagne a fait énormément parler et qui n’a pas été accompagnée par l’entreprise. Il y a eu de très grosses retombées, pas forcément positives. Certaines associations féministes ont alors évoqué le Stade Rennais comme étant misogyne. L’idée de cette campagne était de faire parler du club et de ce match en séduisant les femmes.

Pour prendre du recul sur cette campagne, il aurait fallu l’accompagner en faisant, par exemple, des communiqués de presse ou des partenariats avec des associations. Mais dans ce cas, cette opération se serait transformée en marketing viral.

Avec l’agence Sauvage, j’ai également travaillé sur le lancement de Loco Loca, un restaurant sud américain à Rennes. Pour faire parler du restaurant, sans budget média, nous avons construit une piñata géante qui a permis de créer du contenu gratuit. Nous avons créé deux avatars sur Facebook et Instagram qui donnaient certaines informations sur ce restaurant et sur la piñata installée. Cela a créé beaucoup de bouche à oreille car les citadins prenaient la piñata en photo et la postaient sur les réseaux sociaux. Avant que le restaurant ouvre, il y a eu énormément de commentaires et posts qui parlaient du restaurant.

« Un bad buzz est-il, selon vous, une bonne chose pour une entreprise ? »

Certaines marques construisent leur bad buzz pour faire parler d’elles. Mais je pense que c’est une vision de l’ancien monde, elle n’a plus lieu d’être. Beaucoup d’entreprises ont cette réflexion là mais c’est dépassé. Il faut, aujourd’hui, avoir une maîtrise de son image. Une mauvais réputation reste pendant des années et il faudra beaucoup d’effort de communication pour retrouver une bonne image et pour atténuer le bad buzz qu’il y a pu avoir. C’est une vision de l’ancien monde car le digital fait aujourd’hui que tout se sait, tout se dit, les gens partagent leurs avis. Une fois que les consommateurs sont imprégnés de cette image, de cette mauvaise réputation, ils vont l’alimenter et cette image sera très dur à effacer pour les
entreprises.

Notre rencontre avec Gervais Duchemin nous a permis de renforcer nos connaissances en buzz marketing. Sa vision professionnelle a éclairci cette notion souvent mal comprise – apparentée au marketing viral ou encore au bad buzz. Cet échange nous a également fait comprendre qu’il n’existe pas de « buzz marketing » type . Gervais Duchemin ne faisait pas les mêmes distinctions, du moins pas aussi nettement que nous le faisions. Cet entretien fut très enrichissant autant sur le plan professionnel que personnel. Nous remercions l’agence Sauvage d’avoir pris le temps de nous accueillir. Ainsi que Gervais Duchemin pour son professionnalisme et sa pédagogie.

Sources

Cet article a été écrit par Emilie, Julie et Olivia

L’HERMINE ENVAHIT LES RUES DU VIEUX CENTRE DE RENNES !

Depuis quelques temps nous observons que les tendances du buzz marketing évoluent. Elles sont de plus en plus axées sur le concept de “street art” dans lequel les publics sont en lien direct avec l’oeuvre. L’objectif principal de ces actions est de s’emparer de l’attention du public afin de générer un intérêt, de l’engouement dans le but de créer un relai d’information : principalement sur les réseaux ce qui crée le “buzz”. Cependant les marques et institutions doivent être extrêmement vigilantes quant à la propagation et l’interprétation du message par les internautes, personne n’est à l’abri d’un bad buzz. 

L’HERMINE ENVAHIT LES RUES DU VIEUX CENTRE DE RENNES !

D’intrigants petits yeux noirs ont fait leur apparition dans le vieux centre ville de Rennes et n’ont pas manqué de se faire remarquer ! Les rennais et médias locaux voulant des réponses à leurs questions ont mené leur enquête : art de rue ? exposition anonyme ? oeuvre éphémère ?

Après plusieurs jours sans réponses, Territoires et l’agence Kerozen revendiquent ce happening. À la fois novateur et amusant, ce projet intitulé « Bonne Kozh » a pour objectif d’amener les habitants et les touristes à prêter attention aux bâtiments anciens de Rennes en cours de réhabilitation. Territoire Rennes regroupe des entreprises publiques pour une métropole de vie et d’avenir. Dans le cadre du site projet “Centre ancien” Territoire Rennes et l’agence Kerozen interviennent dans la réhabilitation de bâtiments anciens dans le centre ville. Cette agence qui à déjà plus de 20 ans d’expérience est située à Rennes et connaît donc parfaitement sa cible.

Souhaitant éviter une communication trop institutionnelle, Kerozen a donc proposée de mener un projet artistique original et d’envergure plus proche du happenning visuel qui permet une adhésion plus facile par tous. Les hermines vont rester affichées plusieurs mois, voire plusieurs années, en fonction de la durée des travaux, précise Jean-Charles Debroize. Celles qui sont posées à l’extérieur ont été traitées, on peut les nettoyer si elles sont taguées.

Retrouvez-les :

  • Rue du Pré-botté
  • Rue Saint Georges
  • Place des Lices
  • Rue Saint-Michel
  • Rue Pont-aux-Foulons
  • Rue d’Antrain
  • Rue Saint-Melaine
  • Rue de Penhoët
  • Place Saint-Anne
plan issu de rennes-centreancien.fr

Le relais de l’opération sur les réseaux était plus que positif. On retrouve les hermines dans les journaux locaux, sur twitter, instagram et facebook. Elles deviennent les nouvelles stars de Rennes. Des internautes intrigués se sont immédiatement rendus sur les lieux pour découvrir les petits animaux du centre-ville et n’ont pu s’empêcher de prendre des photos et de relayer les informations.

Selon nous l’agence a créé un réel buzz. Les hermines ont vraiment intrigué les gens. Si vous êtes amené à vous promener dans Rennes, vous pourrez apercevoir des passants les prendre en photo intrigués par leur signification. Ce moyen de communication pour le projet est atypique, il sort de l’ordinaire. Il met en lumière l’agence Kozen et Territoire en leur donnant une touche de modernité.

Pour finir, découvrez la petite histoire de l’hermine, symbole de la Bretagne !

L’hermine est depuis longtemps un symbole fort de la région bretonne. Elle fait référence au petit animal et à la représentation stylisée que nous apercevons sur le “Gwenn ha du”. Mais pourquoi une hermine ? Selon la légende, au cours d’une partie de chasse la duchesse Anne de Bretagne aurait épargné l’animal, car elle était séduite par son pelage blanc et sa témérité. C’est ainsi qu’Anne de Bretagne décide de faire de l’hermine l’emblème de la Bretagne.

Sources :

Cet article a été écrit par Juliette Lepetit et Marina Sanz

Le buzz marketing au service d’une association caritative?

Aujourd’hui, les associations s’adaptent elles aussi à l’ère du temps, elles passent le fameux grand cap : la digitalisation !  Grâce à l’évolution des moyens de communication et des modes de diffusion, les associations se retrouvent régulièrement à la une des médias.

digitalisation

Certaines associations se font très largement remarquer et marquent les esprits. Cette puissance, cette force et cette volonté de se faire connaître s’est accélérée avec la rapidité des médias. Les actes (mobilisations, actions, évènements..)  permettent de diffuser une information ou un message à la population. Pour un effet garantie, l’action doit être suffisamment visuelle. En effet, aujourd’hui nombre d’entre elles cherchent à créer une réaction, attirer l’attention et surprendre. Toutefois ces dispositifs peuvent être ressentis comme un envahissement par certains, et finalement perçus de façon négative. Et non, les associations, n’échappent pas aux polémiques !

Grâce au bouche à oreille et aux retombées médiatiques, nombres d’associations sont victimes de leur succès. L’impact peut être surprenant pour certaines.  Pour celles ci, on peut parler de buzz marketing. Le relais des médias est important, car le buzz permet d’accroître leur notoriété ou développer des fonds grâce aux dons récoltés, ou aux retombées de l’événement… De nos jours, les associations sont de plus en plus soutenues par des marques,des entreprises, des mécènes ou encore des partenariats.

La force des réseaux sociaux

Grâce aux réseaux sociaux, blogs et autres plateformes vidéos, l’information peut-être ainsi partagée et diffusée de manière quasiment instantanée, à un grand nombre de personnes, et ce sans limite géographique.  Afin de toucher une communauté entière, des vidéos photos, affiches… chocs sont partagées sur les réseaux sociaux, dans la rue… Les associations font appel à de nombreux influenceurs pour relayer le message. Ces campagnes permettent de générer un nombres de vus, de partages, et d’interactions considérable avec les internautes. Pour les associations, le “buzz marketing” est un moyen d’obtenir plus d’adhérents, de donations et de notoriété très rapidement.

applications réseaux sociaux
Le buzz marketing au service d’une association caritative?

Les influenceurs ont bel et bien un rôle important dans le secteur caritatif. En effet, soutenus par des communautés grand public, larges et inter-connectées, eux n’ont pas de difficulté à soulever des foules d’internautes. Pour cela, ils mobilisent les communautés sur les réseaux sociaux pour diverses causes humanitaires : dons, actions sur le terrain, soutien des ONG et sponsoring… tout en faisant appel aux sentiments et aux sensations en mettant leurs expériences personnelles en avant.

Ces actions marketing sont de nouveaux moyens d’innover pour récolter des fonds. Elles ont intégré le fait qu’Internet offrait de nouvelles opportunités de contact avec les donateurs, basées sur l’instantanéité, la gratuité et l’interactivité.  L’action caritative devient alors plus ludique et directe (gratuité, « badges », barre de progression, gamification …)

action caritative

L’humanitaire 2.0

Le digital et ces nouvelles actions marketing révolutionnent le fundraising et l’ensemble du secteur caritatif. L’humanitaire 2.0 est donc actuellement à un virage important dans sa structure et ses perspectives d’évolution. L’humanitaire est un domaine hautement professionnalisé qui évolue sans cesse grâce à la digitalisation  et aux nouvelles formes de récoltes de fonds.

Afin d’illustrer ces propos, nous avons choisi deux exemples phares qui ont fait un buzz planétaire : “L’affaire du siècle”, illustré dans le premier article, suivi de “L’alliance de McDonald’s et de Burger King”.

L’affaire du siècle (Pétition contre l’État pour inaction envers l’urgence climatique)

affiche climat
Le buzz marketing au service d’une association caritative?

Qu’est-ce que l’Affaire du siècle ?

Après le Pakistan, la Colombie ou les Pays-Bas, la France fait à son tour l’objet d’une procédure en justice.

« L’affaire du siècle », c’est 1 million de signatures en seulement … 48 heures ! Ce recours juridique intenté contre l’État français par 4 associations environnementales (Greenpeace, Oxfam, la FNH et Notre affaire à tous) pour action insuffisante contre le réchauffement climatique.

L’objectif de cette action est de faire reconnaître par le juge l’obligation de l’État d’agir pour limiter le réchauffement planétaire à 1,5°C, afin de protéger les Français face aux risques induits par les changements climatiques.

Pourquoi l’Affaire du Siècle ?

Ils sont là, ils affectent déjà les vies de chacun et n’épargnent personne. Depuis les années 1960, les gouvernements français successifs ont toujours reporté à plus tard les décisions courageuses qui permettent d’éviter la catastrophe ayant pour causes le dérèglement climatique.

La démarche est soutenue en ligne par une vidéo Youtube réalisée par le vidéaste Partager c’est sympa. Cette vidéo qui a fait le tour des réseaux sociaux, regroupant une vingtaine de youtubeurs et personnalités engagés (comme par exemple Juliette Binoche, Marion Cotillard, Sam et Frah du groupe Shaka Ponk ou encore les youtubeurs McFly & Carlito). Ils comptent bien nous montrer comment en le clamant haut et fort :  « Non, ce n’est pas foutu, oui on peut agir pour éviter le pire du changement climatique, et on s’est réuni pour te proposer comment ».

Cette vidéo a été visionnée 320  577 de fois sur Youtube et largement partagée sur les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter ou encore Instagram. De nombreuses chaînes télévisées et blogs presse l’on également relayée en masse.

De cette vidéo et de ce mouvement médiatique en a découlé plusieurs mobilisations  qui ont été organisées en France. La plus conséquente a été “La marche du siècle” réunissant plus de 350 000 personnes selon les organisateurs, dans la France entière. Voici quelques chiffres concernant l’affluence dans 3 villes différentes : près de 6 000 personnes ont défilées à Rennes, 5 000 à Caen et 3 000 à Nantes.

foule manifestante
Le buzz marketing au service d’une association caritative?

Le deuxième exemple de buzz marketing que nous allons voir est l’alliance Mcdonald’s et Burger King au profit d’une association, qui y aurait cru ?  Les deux grandes puissances qui s’allient.

L’alliance de McDonald’s et de Burger King en soutien à des associations

publicité burger king macdonalds

Depuis maintenant quelques années, plus besoin de décrire les multiples coup marketing entre les deux leaders mondiaux du fast-food, Mc Donald’s et Burger King qui se livrent une bataille commerciale sans merci afin de gagner chaque jour des parts de marché, tout cela dans une ambiance bonne enfant.

Pour développer sur ce sujet, le 15 janvier 2019, McDonald’s a perdu l’exclusivité d’usage du nom Big Mac, ce qui n’est alors pas tombé à côté de son concurrent, Burger King, qui a sauté sur l’occasion pour renommer tous ses burgers avec le nom de ce fameux sandwich. Ce qui fut alors très habile en terme de communication de leur part.

Toujours aussi taquin et toujours par ce dernier, vous l’aurez compris, Burger King, a voulu faire un clin d’oeil au Happy Meal jugé trop démago, en lançant son Unhappy Meal, qui se présentaient sous forme de menus pour ceux qui ne sont pas heureux. Cette initiative fut cette fois-ci lancée pour la bonne cause, en collaboration avec l’association Mental Health America qui se consacre à répondre aux besoins des personnes atteintes de maladie mentale, à prévenir sur la santé mentale des Américains et surtout qui tente d’attirer l’attention sur les problèmes liés aux troubles mentaux.

Tout le Monde se mobilise

En restant sur le principe de bienfaisance, cette fois-ci en Argentine, chaque année, McDonald’s fête le 10 novembre le McHappy Day, une journée annuelle de dons communautaires au profit des Maisons Ronald McDonald et d’autres œuvres caritatives locales pour les enfants. Durant cette journée spéciale, la chaîne de restauration rapide au grand M reverse toutes les sommes des ventes de Big Mac à une association qui vient en aide aux enfants atteints du cancer. Il n’en fallait alors pas plus pour que son meilleur ennemi s’immisce dans cette oeuvre.

Pour marquer le coup, Burger King a ainsi décidé de mettre en lumière cette belle initiative, en arrêtant sa production de Whopper les 10 novembre. Ce n’est pas tout, les clients qui commandaient le fameux sandwich au comptoir sont automatiquement dirigés vers les restaurants « où ils ne font pas griller la viande »en clin d’oeil à McDonald’s. De quoi laisser bon nombre de clients abasourdis !

Burger King étant le roi en la matière de communiquer avec bienveillance a instauré un système ingénieux avec la complicité de leur mascotte emblématique, montrant la voie en allant commander son Big Mac chez son concurrent. Une façon pour le géant du fast-food de troller une énième fois son ennemi favori.

Cette trêve fut très intelligente car elle a permit aux deux chaînes de récolter un maximum de fonds pour les enfants malades tout en soignant habilement leur capital sympathie.

logo mental health america

Grâce à cet article, nous espérons vous avoir aidé à mieux comprendre le concept de “buzz marketing” et ses subtilités. Les associations caritatives s’adaptent à notre société actuelle et sensibilisent un nombre considérable de citoyens.

Sources :

Cet article a été écrit par Charline Bellec et Nicolas Bouvet

Rennes, à la pointe de la technologie !

Une idée originale pour fêter la 4G dans le métro.

On le savait déjà les Bretons sont toujours très innovants. La preuve grâce à une photo qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux. Mardi 2 octobre 2018, un homme s’est confortablement installé dans le métro. Au programme : popcorn, Netflix and chill. En une nuit, la photo à été retweetée plus de 10 000 fois. Un buzz réalisé par les “Inachevés”, deux youtubeurs rennais, qui avec la complicité d’Orange, ont lancé avec succès la 4G dans le métro.

Lire la suite de « Rennes, à la pointe de la technologie ! »

La Paris Fashion Week sous toutes ses coutures

Lors de la Paris Fashion Week 2018, de nombreuses grandes maisons telles que L’Oréal ou Chanel ont proposé des défilés plus originaux les uns que les autres. Si l’événement est avant tout un moyen de présenter les dernières tendances, il est aussi depuis quelques années un véritable outil pour faire parler de soi. Qui proposera le défilé le plus original ? Qui fera la une de la presse ? Une chose est sûre la fashion week a su renouveler sa garde-robe depuis sa création.

Lire la suite de « La Paris Fashion Week sous toutes ses coutures »

La recette du Buzz parfait : un fondant au chocolat, un jean à 5€ et beaucoup de culot.

Certains le caractérisent d’imposteur, d’autres de véritable génie… Une chose est sûre, Oobah Butler a beaucoup fait parler de lui ces derniers temps. La création de « fake news » lui a valu d’être interviewé dans le monde entier.

Peut-être qu’à première vue son nom ne vous dit rien, mais Oobah Butler est à l’origine d’opérations coups de maîtres qui en ont fait réagir plus d’un. Le phénomène s’est diffusé à vitesse grand V sur les réseaux sociaux. Les réactions sont nombreuses, entraînant une viralité telle, que l’ampleur de ses actions s’est répandu au-delà des frontières. Son audace et sa motivation n’ont aucune limite. Ce blogueur, contributeur au site Vice, connaît toutes les ficelles du métier et maîtrise à la perfection l’utilisation et la combinaison des outils digitaux pour faire parler de lui. Retour sur un parcours hors du commun, en trois rounds.

Lire la suite de « La recette du Buzz parfait : un fondant au chocolat, un jean à 5€ et beaucoup de culot. »