[Dossier] La mutation des réseaux sociaux en sites e-commerce

Dans la catégorie Réseaux sociaux

Aujourd’hui, un français sur deux possède un smartphone et une connexion à internet sur deux est réalisée sur mobile. Cela démontre toute l’importance de ces outils de communication et incite les réseaux sociaux à s’adapter, en développant des outils de paiement directement sur leurs plateformes.

On connait tous le « e-commerce » qui regroupe l’ensemble des transactions commerciales s’opérant à distance par le biais d’interfaces électroniques et digitales. Aujourd’hui nous découvrons le « m-commerce » qui regroupe l’ensemble des applications commerciales liées aux terminaux mobiles (smartphones, PDA et parfois tablettes) et effectuées le plus souvent en situation de mobilité. On observe une hausse du chiffre d’affaires du m-commerce de 120% en 2013 et de 106% en 2014, contre seulement 9% pour le e-commerce ! C’est d’ailleurs la première année que l’utilisation de smartphone dépasse celle des ordinateurs, un changement déterminant pour les entreprises et leurs stratégies de communication.

De plus en plus, les gens utilisent leur téléphone pour surfer sur le net, aller sur les réseaux sociaux, payer leur achat, leurs courses ou encore leur billet de train. L’augmentation constante de ce nouveau phénomène n’a pas tardé à intéresser les géants des réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter mais aussi d’autres réseaux qui prennent de plus en plus d’importance sur la toile comme Snapchat et Pinterest.

Facebook, créé il y a plus de 10 ans, représente le meilleur exemple de longévité et de succès parmi les réseaux sociaux. Il a bien compris que l’innovation et l’écoute de ses utilisateurs était primordial et mesure ainsi l’enjeu de la mise en place du paiement en ligne. Le réseau social a donc tout d’abord, au début de l’année 2015, lié un partenariat avec « Rakuten Group » qui est le plus grand site de e-commerce au Japon avec plus de 50 millions de membres. L’objectif recherché était clair, Facebook voulait permettre à ses clients de transférer de l’argent via son réseau social. Comment cela fonctionne en réalité ?  Les personnes ayant un compte Facebook dispose d’une carte bleue virtuelle leur permettant de créditer de l’argent réel afin de pouvoir effectuer des virements à des amis ou de faire directement des achats en ligne sur Facebook. Des entreprises comme « VISA » ou « INSTABANK » ont également fait ce pari, comprenant l’importance que va prendre ce marché dans les années à venir.
Facebook utilise également son application Messenger pour le transfert d’argent instantané. De la même manière que sur le réseau social, les utilisateurs doivent relier leur carte de crédit « VISA » ou « MASTERCARD » à leur compte Messenger. Une fois que cela est réalisé, ils peuvent transférer très facilement de l’argent à leur amis grâce au « chat box » plus communément appelé « messagerie en ligne » en utilisant le signe « $ » suivi de la somme voulue. Une étude réalisée sur l’année 2014-2015 montre que tous les utilisateurs ne sont pas forcément ouverts à ce type de nouveauté. Concernant Facebook, 77% des personnes interrogées ont un avis négatif sur le sujet contre seulement 7% d’avis positifs. Ce qui ressort majoritairement est que les gens n’ont pas confiance en la gestion de leur argent par un réseau social. La question de la sécurité est souvent remise en cause notamment vis-à-vis du piratage des données, des fraudes et des fuites éventuelles.

Twitter ensuite, innove également dans le domaine. Vivant continuellement dans l’ombre du grand rival Facebook, il cherche à se démarquer mais aussi à relancer son activité. En effet, Twitter a de plus en plus de mal à survivre dans la sphère très fermée des réseaux sociaux, arrivant de moins en moins à attirer de nouveaux utilisateurs.
C’est pour cela que le réseau social a également misé sur le transfert d’argent en ligne. En France, il existe un partenariat entre l’entreprise américaine et la banque française BPCE, qui regroupe La Caisse d’Epargne et La Banque Populaire. Cette dernière utilise le porte-monnaie électronique « S-MONEY » qui représente un service de transfert d’argent entre particulier. Grâce à Twitter et ses fameux « tweets », les clients du porte-monnaie électronique peuvent se transférer de l’argent entre eux, tout simplement en tweetant. Il suffit juste de respecter la mise en forme du tweet officiel : @SMoneyfr #envoyer X€ @destinataire. Cette technique a pour but de faciliter le transfert d’argent entre particulier mais également d’effectuer des opérations de dons caritatifs ou bien encore de faire du crowdfunding.
Malheureusement, on observe aussi, comme pour Facebook, de nombreuses réserves quant à la fiabilité de ces nouveaux services. Notamment sur la sécurité des transactions et sur le fait que les tweets soient publics. Malgré ça, il faut aussi souligner les commentaires positifs sur l’aspect novateur et simpliste de cette nouvelle méthode de financement.paiement twitter

Snapchat, quant à lui, est le nouveau réseau social à la mode avec son principe de selfie.  A la base, il permettait simplement aux utilisateurs d’envoyer des photos ou des vidéos à ses amis. Maintenant, le réseau propose un « chat » en ligne, un « chat » vidéo et bien d’autres nouveautés sont amenées à voir le jour en 2016. Snapchat a un véritable succès auprès des jeunes avec pas moins de 760 millions de « snap » envoyés chaque jour.
Ce réseau a également misé sur le transfert d’argent en ligne, décidant de s’aligner sur ces concurrents directs que sont Facebook et Twitter. En suivant le même principe, le réseau social permet à ses utilisateurs de transférer de l’argent à un ami par le simple biais d’un snap. Cette fonctionnalité s’appelle « Snapcash » et elle est associée à la technologie Square qui assure la sécurité des paiements en ligne. Afin de pouvoir réaliser des transferts, il faut dans un premier temps renseigner son numéro de carte bancaire et par la suite, tout simplement envoyer un « snap” avec le logo « $ » comme on a pu le voir précédemment sur l’application « Messenger » de Facebook.

paiement-snapchat

Pinterest voit son succès dans sa faculté à générer de l’interactivité entre ses communautés. Mais le réseau a bien compris que cela ne suffisait plus et qu’il fallait faire preuve d’imagination afin d’être toujours plus rentable. L’application américaine avec plus de 100 millions d’utilisateurs dans le monde permet d’épingler des images par rapport à ses centres d’intérêts. Les fondateurs du réseau ont décidé d’innover en multipliant les services proposés par l’application et notamment dans le paiement en ligne. Ils ont tout simplement mis en place la fonction “buy it” sur 2 millions de leur produit afin que les membres puissent directement acheter sur Pinterest. On parle ici d’un service uniquement disponible aux États-Unis ainsi qu’aux personnes utilisant un appareil de la marque Apple pour se rendre sur l’application mais cela ne saurait tarder en France !
La logique de la marque n’est pas de créer du profit grâce à ses achats mais plutôt de se servir de ses paiements en ligne pour attirer des annonceurs afin qu’ils investissent dans la publicité. On peut dire que le réseau social se tourne doucement vers le e-commerce avec la fonctionnalité “buy it” tout en cherchant à garder son véritable ADN.

paiement-pinterest

Comme il est souligné tout au long de cet article, l’enjeu pour les réseaux sociaux est de réussir à développer l’écosystème de leur application grâce à différents services tout en gardant leur identité qui est aujourd’hui la grande force de ces réseaux. Effectivement,  ils sont aujourd’hui obligés de trouver un moyen de vivre à long terme, en sortant du cadre de leur plateforme, en assouplissant les règles de leurs publications ou encore en invitant les marques à faire du native advertising. Un moyen discret et non intrusif de gérer le modèle économique des réseaux !

 

Vous avez aimé cet article ? Faîtes le nous savoir en postant un commentaire ! :)