Objet connecté : révolution ou menace pour notre vie privée ?

Dans la catégorie Objets connectés

Alors que la révolution connectée est en marche, la question quant à l’insécurité des données personnelles pose problème. Toujours plus nombreux, ces objets génèrent une immense quantité d’informations sur leurs utilisateurs et plus particulièrement des données personnelles. C’est l’un des principaux freins à l’achat d’un objet connecté pour les éventuels intéressés.

Tous les jours, de nouvelles idées et de nouveaux projets connectés voient le jour. Notre avenir sera sans aucun doute connecté. Selon une étude, en 2020 il y aura entre 50 et 80 milliards d’objets connectés et chaque individu en possèdera environ 15%. Ces objets nous facilitent la vie, nous assurent la sécurité et nous divertissent mais les craintes face à cette révolution technologique sont-elles justifiées? Faut-il réellement s’inquiéter pour nos données personnelles ? Est-il possible de les préserver ?

Qu’est-ce qu’une donnée personnelle ?

Selon l’article 2 de la loi Informatique et libertés, une donnée personnelle “constitue une donnée à caractère personnel. Toute information relative à une personne physique identifiée ou qui peut être identifiée, directement ou indirectement”. Une personne est alors identifiable dès lors qu’un fichier comporte une information lui appartenant : nom, numéro de téléphone, adresse IP… Connectés à internet ces objets échangent alors des informations de manière permanente et instantanée.  Techniquement il est totalement possible d’établir un profil précis de chacun des utilisateurs et récolter des données pour suivre leur comportements, leur consommations et même leur hygiène de vie. Les consommateurs ont alors sans doute raison de craindre une intrusion dans leur vie privée.

Une appréhension devenue réalité

De nombreuses études ont révélées plusieurs failles de sécurité dans ce type d’objets : détournement de données, utilisation malveillante des données, usurpation d’identité. La multinationale HP et plus particulièrement Fortify (département de HP dédié à la cyber sécurité) s’est penché sur ce sujet et a examiné une dizaine d’objets connectés. Le bilan de cette étude a démontré que chacun de ces objets présentaient 25 failles de sécurité. Par ailleurs, ces failles peuvent dans certain cas devenir un problème d’envergure mondiale. En octobre dernier, les Etats Unis ont subi un piratage massif d’objets connectés de tous genres. Ce piratage a perturbé voire suspendu les services de plusieurs sites dont Twitter et Netflix durant toute la soirée et la nuit. L’entreprise visée était DYN, fournisseur de la plupart des services DNS des USA.

Pour plus d’informations : cliquez ici

Est-il possible d’être “protégé” ?

C’est la loi informatique et libertés qui protège les données en France. Elle définit des principes à respecter au moment de la collecte, du traitement et de la conservation de ces données. Elle prévoit également des droits pour les personnes dont les données personnelles ont été recueillies : droit à l’information, à l’opposition du traitement, à l’obligation de sécurité… Par ailleurs, les fabricants, éditeurs, hébergeurs ont également des obligations à respecter de manière à protéger les données des utilisateurs de ces objets et préserver leurs intérêts.

Les français sont donc protégés par cette loi, mais doivent rester vigilants quant à ce qu’ils communiquent sur leur personne. Avant de se servir d’un objet de ce genre, il est important de prendre le temps de le comprendre, le paramétrer et l’apprivoiser. L’utilisateur doit être le plus informé possible sur l’objet qu’il détient. De cette façon, il fait attention aux données qu’il partage. Sans connaissance du produit, les risques peuvent être élevés.

Alors, menace pour nos vies privées ou révolution ?

Pour fonctionner, les objets connectés collectent un certain nombre d’informations sur leurs utilisateurs, en toute autonomie. Comprendre l’objet et être conscient des éventuels risques est déjà une manière de ne pas subir cette situation. Il faut par ailleurs relativiser. Dans notre quotidien, sans parler d’objet connectés, nous livrons déjà un nombre impressionnant de données personnelles, comme les cartes de fidélité, enregistrant nos achats. Autre exemple, notre navigation sur le web : avec les cookies que nous acceptons, nous subissons du retargeting. Et enfin, sans nous apercevoir, en s’inscrivant sur Facebook pour publier, partager, discuter, nous livrons énormément de données personnelles qui sont collectées.

Mieux vaut considérer ces objets comme une révolution à part entière du 21ème siècle, plutôt qu’une menace réelle. Quoique nous fassions aujourd’hui, nos données sont recueillies, enregistrées, utilisées. A nous d’être vigilants.

 

SOURCES :
Les numériques
http://www.cil.cnrs.fr/CIL/spip.php?rubrique299
http://www.feral-avocats.com/fr/publication/objets-connectes-et-protection-des-donnees-personnelles-le-paradoxe
ZDNet

Vous avez aimé cet article ? Faîtes le nous savoir en postant un commentaire ! :)