Comment les entreprises de teamwork à distance sont-elles devenues essentielles aux entreprises ?

Canva Pro

Les teamwork sont des logiciels de travail à distance qui permettent de créer facilement et simplement des groupes virtuels de travail. Alors que certains outils intègrent la communication instantanée via le chat afin d’échanger en temps réel avec les membres participants. D’autres offrent des fonctionnalités plus poussées avec des dispositifs de gestion de projet, de suivi d’équipe et de collaboration. Découvrons ensemble, comment ces plateformes sont devenues indispensables et incontournables pour une utilisation professionnelle optimale! C’est parti ! 

// L’organisation interne des entreprises

Vous vous en doutez, l’organisation interne des entreprises a été bouleversée avec l’épidémie de la Covid-19. En effet, du jour au lendemain le travail à la maison a été imposé à l’ensemble des employés et employeurs de toutes sociétés. Comment les entreprises et les salariés ont-ils fait face à cette nouvelle organisation ? 

La créativité et l’organisation sont plus que jamais d’actualité. Les entreprises ont alors dû faire évoluer leurs méthodes de travail. Nous ne pouvons plus nous réunir, que ce soit pour un afterwork avec les collègues au bar du coin ou pour les réunions ou déplacements professionnels. De plus, le télétravail est obligatoire pour bon nombre d’entreprises et de fonctions. Fort heureusement, nous vivons dans une époque où nous avons accès à ce magnifique outil qu’est internet. De ce fait, des applications existent afin de se contacter instantanément malgré la distance : Zoom, Google Drive, Skype ou encore Microsoft Teams. Ces plateformes disposent d’outils bien pratiques dans la vie professionnelle : appels en visio, chat privé, appels de groupes, etc. La plupart existent depuis bien avant la pandémie mondiale, mais cet événement inattendu leur a permis une croissance exponentielle en très peu de temps. En témoignent les récents chiffres de Zoom qui ont connu une hausse monstrueuse de plus de 355% par rapport à la même période l’année précédente.

La crise sanitaire que nous traversons actuellement depuis presqu’un an a accéléré la transition au digital chez les entreprises. Des logiciels de gestion de projet comme Trello, ProofHub ou WorkFont ont vu leurs chiffres d’abonnements grimper en flèche ! Toutes ces plateformes se sont imposées comme étant LA solution au télétravail. Grâce à ces nouveaux outils, les sociétés ont su s’adapter, s’organiser et maintenir une certaine relation sociale malgré les couvre-feu et les confinements qui nous empêchent de nous retrouver. Ils se présentent comme les sauveurs en ces temps de crise. De nombreuses entreprises ont pu continuer leur activité grâce à ces plateformes, ce qui a limité les pertes. 

// Maintenir un lien virtuel avec la clientèle

Construire une relation client est nécessaire et habituelle pour chaque entreprise mais construire une relation client 100% à distance est inédit pour un grand nombre d’entre elles ! Alors, comment ont-elles réussi à créer, développer et entretenir une relation client en ligne ? 

Grâce au digital bien-sûr ! Et oui, le numérique est aujourd’hui la réponse à toutes nos interrogations et les teamworks ne sont pas que des logiciels de travail pour les membres des structures professionnelles. En effet, même si elles permettent d’échanger avec les collègues ou le grand patron, elles sont aussi devenues très populaires pour les réunions commerciales. Contrairement aux moyens de communication classiques (courriel, téléphone), la digitalisation allie une interaction verbale et visuelle entre les participants

Cette nouvelle forme de communication est depuis peu essentielle à la survie des entreprises. Elle permet de continuer de proposer la vente de produits et services, d’améliorer l’échange et l’expérience client. Ce n’est pas tout ! Grâce à elle, un nouveau mode de fidélisation est né. Et oui, les interactions commerciales virtuelles sont devenues bien plus que de simples rendez-vous. Elles sont dorénavant aussi un moyen de conserver les liens sociaux et où la réactivité, l’écoute et la compréhension assurent la satisfaction du client !

// Les ressentis

Afin d’illustrer ces entreprises de networking, nous allons parler de la plateforme Zoom et plus particulièrement des avis clients sur cette plateforme mondialement connue.  Zoom connaît un grand succès ! Par exemple, on entend dire que c’est simple d’accès, facile d’utilisation, bonne qualité d’image, pratique, permet l’échange à distance et la plus performante.

Zoom, plateforme gratuite de visioconférence a été créée en 2011, soit pas loin de 9 ans avant le premier confinement généralisé en France. Elle propose de nombreuses fonctionnalités comme la vidéoconférence, les réunions en ligne, le chat et la collaboration mobile à l’aide d’applications propriétaires.

En France, le premier confinement et la généralisation du télétravail ont engendré une hausse de la notoriété de Zoom. En effet, l’entreprise a profité d’une hausse de 67% d’utilisation en 3 mois (du début de l’année jusqu’à la mi-mars), belle preuve de réussite ! 

Aux Etats-unis et à travers le monde, les cours du collège, lycée et même université sont tous assurés en distanciel. Zoom est l’une des plateformes les plus utilisées aux côtés de ses concurrents comme Microsoft Teams. 

Mais ces plateformes ne sont pas seulement utilisées pour les cours ou le travail. Elles profitent aussi aux loisirs comme les établissements sportifs qui proposent des entraînements à distance (Yoga, danse…). D’autres réunions ont également lieu comme des moments familiaux ou entre amis.

Mais malheureusement comme tout conte de fées il y a des tragédie !  Celles de cette société sont la charte graphique minimaliste, les difficultés à joindre l’assistance et moins bon contact avec les personnes. 

Zoom a été vivement critiqué en 2020, notamment au sujet de sa politique de confidentialité et de sa sécurité. Accusée de collecter les données de ses utilisateurs (messages privés, fichiers et autres données…). La plateforme est même interdite au Royaume-Uni pendant un court moment. Ces problèmes sont aujourd’hui résolus et l’entreprise assure que son utilisation respecte les données et la sécurité des utilisateurs.

Quelques mots de fin ! Ces entreprises de teamwork nous sauvent bien particulièrement  durant cette crise sanitaire ! 

Sources

Cet article a été réalisé par Raffaella Leccacorvi, Marine Brunel, Léa Boussaad et Héléna Le Bourhis.

Klaxoon, l’entreprise Rennaise à la renommée internationale

Quels outils et stratégies l’entreprise Klaxoon a-t-elle adoptée afin de connaître un succès à l’international ?

Présentation de l’entreprise 

Lancée au milieu des années 2010, l’entreprise Rennaise “Klaxoon” révolutionne les réunions professionnelles grâce à son logiciel collaboratif, autrement appelé Teamwork. L’objectif premier de cette entreprise est de simplifier et rendre efficace les réunions entre collaborateurs, tout en restant une plateforme ludique. 

Le créateur de Klaxoon :

Le créateur de cette application se nomme Matthieu Beucher. Président et principal actionnaire de Klaxoon, il décide de lancer son application en 2014 et c’est en mars 2015 que cette dernière a réellement démarré. 

L’origine du nom : 

Après avoir testé plus de 6 000 noms pour son application, c’est une action quotidienne qui aura finalement inspiré le fondateur. Selon Matthieu Beucher dans une interview pour Forbes, « On se baladait dans Paris avec l’équipe en 2014, raconte-t-il. On traverse une rue et là, on se fait klaxonner par une voiture. On s’est regardés, et on savait qu’on avait enfin trouvé notre nom. ». 

Les fonctionnalités : 

Cette application online permet à chaque collaborateur participant à la réunion de parler librement, de s’exprimer et de réagir grâce au tableau blanc digital mis à disposition sur la plateforme. Elle s’utilise via smartphone, tablette ou encore ordinateur et permet d’inviter des collaborateurs externes ou en déplacements à assister à la réunion. 

On retrouve de nombreuses fonctionnalités au sein de cette application comme la mise en place de quizz, de sondages, de défis collectifs, etc, ce qui facilite le partage d’idées et les échanges entre les collaborateurs. Cette application permet également de préparer des présentations intuitives, de faire de la gestion de projet de façon fluide et surtout très ludique.  

Le prix :

Les prix varient en fonction du nombre de collaborateurs utilisant l’application ainsi qu’en fonction des versions utilisées. Pour 50 utilisateurs en simultanés dans sa version cloud, l’application revient à 49 euros par mois. Pour l’outil Klaxoon Board concernant le travail à distance et permettant 15 participants, il faudra dépenser 9,99 euros par mois. Cette version vous permet l’utilisation de l’intégralité des fonctionnalités proposées par la plateforme. 

L’application ne propose pas de version gratuite, cependant ils permettent aux nouveaux clients de découvrir l’application durant 30 jours gratuitement, afin de se familiariser avec l’outil. Cette période d’essai est passée à 90 jours suite à la crise sanitaire.

Il existe de nombreuses autres plateformes en ligne, en concurrence direct avec Klaxoon comme monday, atolia ou encore beesbusy. Ces applications proposent également des solutions afin de faciliter le travail collaboratif à distance et planifier les tâches à effectuer. Ces solutions sont, elles aussi, payantes, sous forme d’offres diverses au choix selon les plateformes (mensuelles, premium…). On remarque une forte concurrence sur ce secteur, mais Klaxoon a su se démarquer grâce à des fonctionnalités innovantes et en se positionnant sur un marché B2B. 

Le succès de Klaxoon en quelques chiffres 

Depuis le lancement de l’application en mars 2015, on note plus de 10 millions d’utilisateurs avec environ 10 000 nouveaux clients par jour. En 5 ans, l’entreprise Rennaise s’est implantée dans plus de 120 pays et est utilisée par tout type d’entreprise : PME, start-up ou encore associations. Klaxoon a connu une expansion faramineuse en seulement quelques années et ne compte pas s’arrêter là. 

On peut donc se demander comment et grâce à quelles stratégies l’entreprise a-t-elle connu un tel succès. 

Multiplication et innovation des outils digitaux

L’écosystème Klaxoon se décline autour de 5 grands axes qui permettent la mise en place d’une solution digitale complète pour les entreprises.

L’application est associée à toute une palette de fonctionnalités permettant, entre autres, de mettre en place des quiz, des sondages, des défis collectifs, etc. 

Objectif : outiller et faciliter le partage d’idées et la priorisation des sujets en amont et au cours des réunions en vue de rendre celles-ci plus productives. 

La Klaxoon box est une des innovations phares de l’entreprise. Ce boîtier a pour but de se connecter directement sur le réseau privé de l’entreprise sous forme de serveur wifi afin d’y déployer l’application. Grâce à ce système, il est possible d’organiser des réunions sans avoir d’accès à internet, ce qui facilite donc d’autant plus l’utilisation de cette application, et permet d’échanger des informations confidentielles sur un réseau privé. 

Le Klaxoon Board est une déclinaison de Klaxoon qui a pour ambition de répondre au défi du télétravail. Le système est conçu pour stimuler la créativité et l’intelligence collective malgré les contraintes liées à la distance. La particularité de Board est d’intégrer dans un même outil management visuel et visioconférence. Cette plateforme est une véritable innovation. Les différents templates proposés par l’application permettent de réaliser des schémas, vidéos ou quelconque expression graphique de manière rapide et efficace. Ce service a été conçu durant la crise du COVID-19 qui a donné du fil à retordre à bon nombre d’entreprises pour échanger, s’organiser, collaborer et développer tous leurs projets sereinement. Désormais grâce à Board le management et le dialogue sont simplifiés à distance.

Klaxoon intègre la visioconférence. Au sein même de Board, l’application permet les réunions vidéo jusqu’à 15 personnes représentant 95% des besoins des utilisateurs. Le service permet de se connecter sur tous types d’appareils (smartphone, ordinateur, tablette) et de programmer des séances entre 5 et 30 minutes, temps optimal pour une réunion efficace sans perdre l’attention de son équipe. Les vidéos des participants occupent 15% de l’espace de navigation pour laisser toute la place à l’espace de travail.

Klaxoon offre des outils de formation. En effet, sur l’application, un utilisateur peut créer sa propre session e-learning pour ensuite y déposer son contenu de formation et le partager avec ses collaborateurs.

Les 5 axes que Klaxoon met en avant permettent, certes, de proposer une solution pratique et efficace pour un grand nombre d’entreprises, mais ce qui démarque réellement la plateforme de la concurrence est le fait d’avoir unifié l’interface utilisateur en regroupant toutes les activités proposées. Les fonctionnalités restent dans l’ensemble assez communes aux autres fonctionnalités proposées par la concurrence, mais l’unification des outils a permis à la Klaxoon de se démarquer et de se faire rapidement connaître à l’international.  

Croissance à l’international

L’entreprise a reçu de nombreux prix, notamment au CES de Las Vegas mais pas seulement. Ce sont d’ailleurs ces trophées qui ont développé la notoriété de Klaxoon dans le milieu des RH et du management au niveau international. 

L’entreprise Klaxoon réalise en 2016 une première levée de fonds de 5 millions d’euros, afin d’accélérer son développement mobile et application en France mais également accompagner son développement international. Cet investissement est porté par plusieurs groupes internationaux comme White Star Capital et Wind mais aussi des groupes français dont Arkéa, Kima et Business Angels. Ce premier gros investissement, au-delà de lui permettre d’accélérer son développement, lui a également permis de se créer une certaine notoriété auprès des investisseurs et utilisateurs.

En effet, en 2017, l’entreprise ouvre des bureaux à New-York et Boston. Même si son siège reste à Rennes, chose à laquelle son dirigeant Matthieu Beucher tient puisque cela “montre qu’on n’est pas obligé d’être à Paris pour se développer, qu’on peut réaliser de grandes choses ici”, Klaxoon se fait une place aux Etats-Unis.

Portée par une croissance exponentielle, la qualité de son portefeuille client et de nombreuses récompenses, Klaxoon passe à la vitesse supérieure en 2018 en levant 50 millions de dollars auprès d’investisseurs de niveau international, porté par le groupe White Star Capital notamment. Il rejoint donc IDInvest, Bpifrance et Sofiouest.

Grâce à cette levée de fond, Klaxoon va pouvoir accélérer son processus de R&D, et ainsi continuer de se développer en Amérique du nord et en Europe. L’entreprise réussit sa transition internationale également grâce aux filiales étrangères de ses clients du cac40, ce qui lui a permis de repérer les signaux faibles à l’étranger.

Klaxoon a décidé de globaliser sa communication entre les différents pôles (US, Nordique, Allemagne, France), mais afin de se démarquer au lancement de l’entreprise aux Etats-Unis, elle organise le Klaxoon Tour. L’opération de communication consistait à louer un truck américain peint en rose aux couleurs de l’entreprise, puis, en partant du CES (un salon professionnel), Klaxoon allait de ville en ville tout autour du pays. Au total, une dizaine de destinations telles que Las Vegas, New York, Austin,..

En moins de 3 ans, Klaxoon séduit plus d’un million d’utilisateurs dans 1500 organisations clientes dont 30% à l’international, également répartis entre grands comptes (parmi lesquels 90% du CAC40 et 50% du fortune 500) et PME. Un développement soutenu par une très forte viralité, avec d’énormes gisements de croissance à l’échelle internationale.

D’un point de vue concurrentiel, Klaxoon se démarque par plusieurs points. Tout d’abord son identité visuelle, le rose, qui est une couleur sous-utilisée dans le domaine des marques. Ensuite, elle dispose surtout d’une grosse force de frappe commerciale, avec des centaines de collaborateurs. Son investissement massif dans la R&D fait de Klaxoon une entreprise unique. Enfin, le fait que son siège ne soit pas basé à Paris lui a sûrement servi à se démarquer également.

Au niveau de son offre, Klaxoon se distingue de ses concurrents, chose pour laquelle l’entreprise a fait le choix de ne pas trop y prêter attention. “On préfère regarder ce qu’on fait nous, pour nous améliorer plutôt que ce que font les autres”.

De plus, Klaxoon globalise de nombreux outils bien souvent indisponibles sur les autres plateformes similaires, du moins dans leurs versions gratuites. Cette globalisation des outils leur a permis d’avoir un portefeuille client très conséquent dès le départ. Enfin, l’entreprise mise aussi sur le suivi consommateur afin de se distinguer en proposant un suivi avec CSM (customer success manager), une personne dédiée disponible à tout moment qui assure le suivi personnalisé avec le client.

Fin 2018, Klaxoon décide de collaborer avec le géant Microsoft. Désormais, les millions d’utilisateurs d’Office 365 et de Microsoft Teams, l’outil numérique de réunions lancé par Microsoft, pourront bénéficier de certaines fonctionnalités de Klaxoon comme les Brainstorming, Quiz, Challenges et Sondage, des outils améliorant les interactions et l’efficacité des réunions et visioconférences.

Ces investissements font de Klaxoon une entreprise compétitive proposant des services digitaux complets, smart et attractifs pour toutes les entreprises. Klaxoon est présent dans plus de 120 pays et emploie plus de 230 salariés, une ascension fulgurante pour une entreprise aussi jeune.

Sources

Cet article a été écrit par Paul Gayet, Arthur Besnehard, Romane Fouillen, Marie-Sophie Serradilla et Jules Guirois.

Nos tips pour sortir du lot sur LinkedIn

Avec plus de 700 millions de membres dans le monde en 2020, LinkedIn est connu de tous comme étant le premier réseau social professionnel mondial. Ce réseau est avant tout perçu comme un outil de recherche d’emploi et de recrutement mais LinkedIn affirme pouvoir couvrir tous les besoins des salariés et des entreprises. Ce réseau social permet entre autres pour les entreprises, de prospecter et de générer de nouveaux clients.

Aujourd’hui, que l’on soit un professionnel en quête de nouveaux clients ou un jeune diplômé recherchant un premier travail, si on veut profiter pleinement de LinkedIn, il faut savoir se démarquer. Mais comment faire, face à des millions d’utilisateurs ?

Voici nos conseils pour vous aider à tirer pleinement profit de cette plateforme et essayer de sortir du lot !

(Source de l’image : Kinsta)

Un profil bien renseigné et soigné

Que vous soyez en recherche d’emploi ou que vous vouliez générer des leads, votre profil est le reflet de votre identité et de votre histoire. C’est une vitrine qui peut potentiellement donner envie aux autres utilisateurs de vous contacter et de faire partie de votre réseau. Il faut donc qu’il soit complet, à jour, soigné et surtout attrayant.

À noter qu’il y a 5 niveaux de profil sur LinkedIn : débutant, intermédiaire, avancé, expert et expert absolu. Être « expert absolu » signifie que vous avez renseigné toutes les blocs sur votre profil et que celui-ci est complet.

Voyons ensemble rapidement les aspects essentiels du profil à ne surtout pas négliger.

Le titre de votre profil

Votre titre doit décrire votre situation professionnelle actuelle, ce que vous faites ou recherchez, et votre domaine de compétence en maximum 120 caractères. Ayez en tête que le moteur de recherche LinkedIn fonctionne avec des mots-clés. À vous de déterminer judicieusement lesquels mettre dans votre titre, par exemple les plus recherchés par les recruteurs que vous visez (exemples : SEO, Benchmark, Web développement, …). Vous pouvez bien sûr vous aider en regardant les titres de vos concurrents et les mots-clés qu’ils utilisent.

Le résumé

Le résumé présente votre proposition de valeur. Voyez-le comme la continuation du titre dans lequel vous pouvez détailler davantage votre histoire, votre projet professionnel et vos objectifs. Attention quand même à ne pas faire une présentation à rallonge trop scolaire. Soyez synthétique et abordez les points principaux. Le plus important est de montrer votre motivation et votre valeur ajoutée.

Comme pour le titre, utilisez des mots-clés pertinents qui intéressent les interlocuteurs que vous visez.

La photo de profil et bannière

Votre photo de profil doit rester professionnelle, sobre et de bonne qualité. Mais attention à ne pas paraître trop sérieux et froid… Il est important de montrer que vous êtes avenant, souriant et motivé.

La bannière est, elle aussi, essentielle. Elle peut vous permettre d’afficher votre domaine de compétence, un univers ou une passion. L’idéal est de choisir une image qui représente le secteur dans lequel vous travaillez ou souhaitez travailler.

A éviter en général :

  • Selfie, photo trop personnelle hors contexte, photo de groupe
  • Tenue trop décontractée
  • Portrait en pied

Les expériences professionnelles, vos formations et vos compétences

Pour que votre profil soit complet, il vous reste à compléter votre parcours professionnel et formation ainsi qu’à ajouter vos compétences.

Dans la partie « expériences professionnelles », n’oubliez pas de préciser le lieu, la durée, de taguer l’entreprise et d’indiquer vos missions et votre rôle. Pour faciliter la lecture de votre profil, essayez de garder la même présentation pour chaque expérience.

Pour les compétences, on vous conseille d’en ajouter minimum 5 pour que votre profil gagne en visibilité. Choisissez intelligemment des compétences en lien avec le job que vous visez. Et comme pour les mots-clés, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil sur d’autres profils du même type que le vôtre pour vous aider.

Dans le même thème vous pouvez utiliser les recommandations pour renforcer votre profil et le rendre plus crédible auprès des recruteurs. Demandez à vos anciens professeurs, collègues, partenaires, etc… de recommander votre profil. Ce sont ces petits détails qui feront la différence.

Profil public, URL et mises à jour 

  • Assurez-vous que votre profil soit public afin que tout le monde puisse le voir apparaître.
  • Personnalisez votre URL de profil. Elle est par défaut composée de chiffres et de lettres, mais on vous conseille de la remplacer par votre nom, ou le nom de votre entreprise. Vous serez mieux référencé et donc plus facile à trouver.
  • N’oubliez pas de mettre régulièrement à jour votre profil, de rajouter des compétences, vos nouvelles formations et expériences professionnelles.

Un point pour les entreprises sur LinkedIn

Si vous êtes une entreprise ou un auto-entrepreneur, que vous souhaitez acquérir de nouveaux clients et promouvoir votre business, vous ne devez pas créer un profil mais une page professionnelle. Cette page vous permettra d’interagir avec des clients potentiels, de développer votre réseau, et de partager et publier du contenu.

(Source de l’image : Wix)

Aujourd’hui, 49,6% des entreprises de plus de 100 salariés utilisent déjà cette plateforme comme un outil marketing.

Tout comme pour un profil LinkedIn, vous devez faire attention à certains points :

  • Votre titre : comme pour le titre d’un profil, vous avez quelques mots pour décrire de manière synthétique votre activité, votre secteur et ce que vous proposez.
  • Votre présentation : elle doit expliquer grandement ce que vous faites, votre histoire, pour quel type de clients vous travaillez, votre valeur ajoutée, et la problématique à laquelle vous répondez. Cela permet au prospect de comprendre ce que vous faites, comment ça peut lui être utile et s’il peut vous faire confiance. Cette présentation est la première impression que votre prospect aura de vous, il ne faut donc pas passer à côté. D’autant plus, que la plupart des acheteurs regardent les profils des entreprises avant de commencer leur processus d’achat.
  • N’oubliez pas de renseigner les lieux sur lesquels vous intervenez, votre siège social, vos différents sites.
  • Ajoutez un lien vers votre site, votre blog si vous en avez un.
  • Respecter votre charte graphique, vos couleurs afin qu’on vous reconnaisse facilement, rapidement.
  • N’oubliez pas que, comme pour les profils LinkedIn, les mots-clés sont très importants pour les pages et qu’il faut les choisir de manière stratégique.

Quel contenu ? À quelle fréquence ?

Faire la différence et se démarquer sur LinkedIn demande beaucoup de travail et donc d’investissement en temps. Avoir un profil complet ne suffit plus aujourd’hui, il faut que vous soyez un créateur de contenu.

LinkedIn : le Facebook-pro

Aujourd’hui, LinkedIn a tout d’un réseau social classique. Vous pouvez publier, commenter, liker, suivre, partager, etc… Au fil des années, LinkedIn est en quelque sorte devenu le Facebook pro et a intégré tous ses codes et fonctionnalités. 

« C’est devenu un lieu où l’on se met en scène, quitte à entrer dans une véritable course au buzz et aux likes »


Clément Pellerin (expert des réseaux sociaux )

A ce sujet, LinkedIn a récemment inauguré de nouvelles fonctionnalités, encore une fois, très ressemblantes à celles que l’on trouve sur Facebook. Avec notamment l’arrivée des stories, une messagerie nettement améliorée et le double tap pour liker qui nous fait aussi penser aux standards d’Instagram. L’objectif de LinkedIn avec ces dernières nouveautés, est de stimuler l’engagement des internautes et de leur donner envie de se connecter plus fréquemment.

Tout ça nous amène à comprendre que pour avoir de la visibilité sur LinkedIn, il faut adapter son contenu aux caractéristiques et au format de ce type de réseaux sociaux.

Comprendre l’algorithme LinkedIn

L’algorithme de LinkedIn attribue un score de “qualité” à votre contenu avant même que les autres utilisateurs ne le voient. Pour ce faire, il juge le texte et tout ce qui y est attaché pour prédire comment il sera reçu par les utilisateurs.

Il transmet ensuite votre publication à un petit échantillon de votre public (principalement les connexions, les abonnés, les autres membres du groupe) et attend de voir s’ils s’engagent. En fonction de la façon dont ce premier “test” se déroule, l’algorithme décide ensuite de “proposer” le post à plus de personnes, ou d’arrêter de l’afficher sur la page d’accueil.

Privilégier la qualité à la quantité !

Pour vous démarquer, vous devez créer des posts de qualité. Pour chaque post, il faut que vous choisissiez un titre pertinent qui capte l’attention de votre public visé. Essayez toujours d’ajouter un visuel (image ou infographie) et n’hésitez pas à utiliser les emojis qui rendent votre contenu plus agréable et ludique. Il est essentiel aussi d’utiliser une bonne accroche en introduction de votre post afin de capter le lecteur et de lui donner envie de rester découvrir la suite.  

La dernière étape est de créer de la discussion sous votre post, d’alimenter les réactions (likes, tags, partages et commentaires). Celles-ci impacteront positivement le nombre d’impressions de votre post, ce qui signifie qu’il sera visualisé par un nombre de personnes plus conséquent.

Voici des exemples de contenus les plus populaires sur LinkedIn :

  • Partage d’articles : articles en lien avec votre recherche d’emploi, votre profession, votre secteur d’activité, articles de vos collaborateurs, etc…
  • Publier un article
  • Posts classiques : sur un projet, une question ouverte, un débat, …
  • Publication de visuels notamment les infographies
  • Vidéos (tutos, présentation, itw)

Ce que vous devez retenir, c’est qu’il est important de publier régulièrement (programmez vos posts, utilisez des plannings si besoin), du contenu de qualité en lien avec votre public cible.

Développer son réseau, sa communauté et interagir sur LinkedIn

L’espace des commentaires

Si vous voulez gagner de la visibilité sur LinkedIn, vous devez communiquer et interagir constamment avec votre réseau, ceux qui aiment et partagent votre contenu. Le lieu propice à ces interactions c’est l’espace commentaires des posts. Vous pouvez tagger d’autres membres, donner votre avis, votre expertise, ouvrir le débat, … Le plus judicieux est évidemment d’interagir sur des sujets d’actualités en lien avec votre secteur d’activité.

Les groupes LinkedIn

Un autre moyen d’interagir est d’utiliser les groupes LinkedIn. Ce sont des espaces qui permettent la discussion et l’échange sur un domaine en particulier en comité plus restreint. Ils fonctionnent de la même manière que les forums ou les groupes Facebook.

Rejoignez des groupes en lien avec votre activité ou votre recherche d’emploi. Ils vous permettront de connaître l’actualité de votre secteur d’activité, les nouveautés, les évolutions, de créer du contenu sur le sujet et d’interagir avec des personnes ciblées.

Inviter des personnes à rejoindre son réseau

Faites régulièrement des demandes de mise en relation, c’est ce qui vous permettra de constituer et d’étoffer votre réseau.

En priorité, ajoutez les personnes que vous connaissez directement :

  • Vos connaissances personnelles (amis, famille, …)
  • Vos collègues de travail (anciens et actuels), anciens camarades de classe (scolaire ou universitaire)
  • Les personnes que vous venez de rencontrer dans le cadre professionnel (évènement, conférence, salon…)

Puis, concentrez-vous sur vos objectifs en ajoutant stratégiquement, les personnes :

  • En lien avec votre recherche actuelle, vos objectifs (même secteur d’activité)
  • Appartenant aux mêmes groupes que vous
  • Déjà en relation avec vos contacts
  • Suggérées LinkedIn
  • Ayant consulté votre profil

Les moyens d’interaction pour les professionnels sur LinkedIn

Le social selling. Cette démarche a pour but d’utiliser les réseaux sociaux afin de mieux prospecter et vendre. L’intérêt de cette méthode est d’arriver à échanger directement avec vos prospects, mais avant tout, vous devez bien les identifier. Il est donc préférable de commencer par une liste des types de personnes que vous voudriez contacter : des prospects, des partenaires, des influenceurs, des connecteurs, ou des médias.

LinkedIn Sales Navigator est un autre moyen de vendre et générer des prospects sur LinkedIn. Cette formule payante (minimum 59,49€ par mois) donne accès à une multitude d’outils permettant de tirer pleinement parti du “modern selling”. L’outil Lead Builder vous permet de trouver des prospects selon différents critères que vous choisissez à partir de mots-clés, de fonction, d’entreprise etc… Cette formule permet aussi de contacter des clients en dehors du réseau via les messages InMail.

Savoir être créatif et original

Le plus efficace pour sortir du lot, que l’on soit une entreprise, un professionnel ou un salarié en recherche d’emploi, est de savoir être original et d’innover dans sa proposition de contenu. Vous devez faire appel à votre créativité !

Aujourd’hui, cette nécessité d’être innovant sur LinkedIn s’observe majoritairement à travers les candidats qui font de plus en plus appel à leur imagination dans leur recherche d’emploi. Depuis quelques années de nouveaux types de CV émergent : CV vidéo, scénarisés, alternatifs,… L’intérêt pour les candidats est évidemment d’améliorer leur visibilité sur le web et de se différencier des CV classiques qui attirent parfois peu l’attention des recruteurs.

Utiliser l’actualité pour se démarquer : Valentin Le Cam

Prenons l’exemple de Valentin, un jeune étudiant de 22 ans en 1ère année de Master Marketing à KEDGE Business School. Cet étudiant, comme beaucoup d’autres, s’est retrouvé à devoir rechercher un stage en période de confinement et de crise sanitaire. Ses recherches n’ayant pas un grand succès, il a décidé de mettre à profit sa créativité et de tirer avantage de l’actualité, afin de se démarquer.

Il y a six mois, il crée un post sur sa recherche de stage avec un visuel de lui portant un masque anti-covid. Le message : “La lutte continue, la recherche (de stage) aussi”. Aujourd’hui, sa publication a été likée 345 fois, et a été partagée plus d’une vingtaine de fois.

« Je lisais beaucoup d’articles concernant les masques et les efforts de la communauté scientifique pour trouver un vaccin, quand il m’est venu l’idée de créer un visuel me représentant masqué, accompagné d’un message faisant le rapprochement entre la lutte contre le Covid et ma recherche d’un stage »


Valentin Le Cam

Plus tard, le jeune homme a profité de la visibilité créée par son post pour ajouter à son dossier de candidature LinkedIn, une vidéo au sujet de sa passion pour le foot et en particulier, de son admiration pour le club du PSG. Sa vidéo est rapidement devenue virale et compte à l’heure actuelle plus de 17 500 vues et 668 likes. Cette vidéo lui a permis d’être contacté par le directeur commercial de son club favori.

“ Cette création est pour moi, un moyen unique de mettre en avant ma passion pour le football, ma créativité, ainsi que mes compétences. ”

Il y a un mois, Valentin annonce à son réseau à travers un nouveau post visuel, que sa créativité a porté ses fruits et qu’il vient d’intégrer Burger King France en tant qu’Assistant Chef de Projet Marketing local. À travers ce post, qui a récolté plus de 4 300 likes, il remercie son réseau et encourage les autres candidats toujours en recherche, à faire preuve de persévérance et d’originalité.

Un autre exemple de viralité : Thibaut Hébert

Un autre exemple de candidature ayant généré encore plus de viralité est celle de Thibaut Hébert, jeune homme de 24 ans. Après avoir postulé chez McDonald’s en tant que « Chargé de Communication Social Media & Brand Love » sur le site de l’entreprise, il décide de créer un post LinkedIn. Pour ce faire, il y a trois mois, il s’inspire du célèbre fast-food, pour élaborer son “CV borne”.

Sa publication de candidature sur LinkedIn a fait un énorme buzz en générant 1,8 millions de vues et plus de 33 500 likes. Sa créativité a été récompensée par la proposition d’un entretien par l’un des responsables de McDonald’s.

Ces deux exemples démontrent que votre originalité et votre créativité sont probablement vos meilleures options pour booster très rapidement votre visibilité, que vous soyez un candidat ou une entreprise. Souvent, le plus efficace est de savoir prendre des risques et d’oser sortir de sa zone de confort…

Vous avez désormais toutes les clés en main pour vous démarquer sur LinkedIn et gagner en visibilité. Alors plus de fausses excuses…

Et au boulot !

Sources

Cet article a été écrit par Georgia Mvumbi, Léa Boumancha, Rozenn Lecocguen, Léo Gendrot et Alexis Le Guillouzer

En quoi la nouvelle technologie “ Neuralink ” impacterait la productivité des entreprises et la vie de la population ?

Présentation de l’invention Neuralink

Relier le cerveau humain à des ordinateurs ? Cela paraît insensé et pourtant, c’est bien l’objectif du milliardaire Elon Musk et son entreprise “Neuralink”. Le cerveau humain, souvent considéré comme la structure la plus complexe de l’univers, intéresse le fondateur de Tesla depuis de nombreuses années. 

L’entreprise de recherche médicale, développée en juillet 2016 en Californie, a un objectif clair : trouver un moyen de communication entre le cerveau humain et les ordinateurs.

« Dans quelques temps, je pense qu’on se rapprochera d’une fusion entre l’intelligence humaine et l’intelligence artificielle »

Elon Musk lors d’un déplacement à Dubaï

Mais qu’est ce que Neuralink concrètement ?

Il s’agit tout simplement d’une puce, appelée ”the link”, à insérer dans le cerveau humain. Celle-ci permettrait de guérir des affections neurologiques telles que l’Alzheimer, la dépression mais également de retrouver l’usage d’un membre.  

Cette invention est actuellement en phase de prototype. En effet, “the link”, de 23 millimètres de diamètre sur 8 millimètres d’épaisseur, est testée sur trois cochons, Gertrude, Joyce, Dorothy. 

Le premier cochon vit depuis 2 mois avec la puce implantée dans le cerveau, et permet de prédire à tout instant où se trouve chacun de ses membres. Cette piste est encourageante dans l’objectif de rendre la mobilité d’un membre pour une personne paraplégique.

Le deuxième cochon, Joyce, est témoin et n’a reçu aucune chirurgie. Enfin, Dorothy s’est faite implanter la puce, mais cette dernière a été retirée afin de montrer qu’elle n’est pas permanente et qu’il est possible de l’enlever. 

Sur le site internet Neuralink, l’implant est présenté de façon détaillée, sans en présenter les matériaux. Ce système permettrait de contrôler un appareil IOS, clavier ou encore souris directement par le cerveau.

https://neuralink.com/approach/

Mais comment cette avancée technologique va-t-elle impacter notre société dans le futur ? Va-t-elle devenir indispensable ? 

L’impact de Neuralink dans le monde de l’entreprise

Productivité dans le travail (objets connectés avec le cerveau)

Au-delà d’être une innovation dans le domaine médical, Neuralink se veut être un outil connecté au service de l’homme de par ses capacités et ne se limite pas qu’à un domaine d’activité. Au fur et à mesure, ce produit sera à destination du grand public et se retrouvera alors dans le monde du travail. 

Mémoire instantanée, apprentissage accéléré, gestion des données… Cette nouvelle puce révolutionnaire donne des caractéristiques dédiées aux ordinateurs, bientôt disponible pour le cerveau humain. Il paraît donc évident que ce genre de procédé va bouleverser la productivité en entreprise. De toute évidence, tous les secteurs économiques ne seront pas touchés de la même manière par cette transformation. Le secteur tertiaire, qui s’étend du commerce à l’administration, en passant par les transports, les activités financières, immobilières et les services aux entreprises, sera probablement touché en premier. Neuralink pourra augmenter la sécurité des données, la productivité des salariés en accélérant le processus de prise de décision stratégique ou encore la gestion des informations en interne, externe que ce soit pour des clients, prospects…  

Substitution du capital au travail 

Inévitablement, la question de l’insertion des machines au profit des hommes au sein des entreprises, est en relation avec la productivité. C’est la raison même du concept de la substitution du capital au travail, grand meneur dans l’industrie se définissant comme “l’opération à l’issue de laquelle l’entreprise remplace les salariés par des machines”. 

Cependant, Neuralink a pour but d’insérer une puce robotique et innovante directement dans le cerveau humain, remettant en cause les concepts vu ci-dessus. De fait, cette innovation pourrait bien être le fer de lance de la quatrième révolution industrielle. 

4ème révolution industrielle et économie quaternaire 

Cette industrie 4.0 comprend une nouvelle façon d’étudier et de planifier les moyens de production et l’intégration forte du monde virtuel. Avec ce genre d’outil, le but est de séduire les nouveaux consommateurs avec des produits personnalisés, unique, c’est ce qu’on appelle la “smart production”.

Cependant, il est intéressant de réfléchir à l’impact de ce genre de technologie sur le monde économique et social. En effet, l’entrée dans une nouvelle ère industrielle implique des changements organisationnels et logistiques en passant par la formation. Le plus important reste de se positionner sur la place de l’humain dans cette univers virtuel et de sa liberté dans un système qui pourrait tous nous dépasser.  C’est d’ailleurs ce que défend l’économiste Michèle Debonneuil avec le concept de l’économie quaternaire : un système ou les nouvelles technologies seraient un gisement d’emplois ou l’humain serait au centre de l’économie. Neuralink pourrait être l’un des outils pour ce type d’économie, plus respectueux de l’environnement en créant de nouvelles initiatives, des emplois non délocalisables.

L’impact de Neuralink sur le marketing

Inévitablement, lorsqu’on se projette à long terme avec ce genre d’innovation, nous pouvons envisager et réfléchir sur les différents usages que celle-ci pourra engendrer. 

Nous connaissons tous aujourd’hui le business model des grandes entreprises du digital, comme Google ou Facebook, qui se nourrissent des données personnelles des utilisateurs pour leur proposer du contenu qui leur correspond et évidemment des publicités pour des produits équivalents. Ce nouveau process est devenu une partie très importante dans la manière de concevoir les actions marketing modernes. Nous pouvons alors nous questionner sur la capacité et l’utilisation de Neuralink dans ce processus. 

Cette petite puce étant censé gérer des parties entières de notre cerveau, au delà des pratiques médicales, pourra probablement servir au grand public pour surfer sur internet, écouter de la musique et traiter des informations, comme nous le confie Elon Musk. De fait, si cet outil nous permet d’utiliser les réseaux sociaux ou internet en général directement dans notre cerveau, nous pouvons suggérer que nos envies, nos désirs, nos ambitions et nos centres d’intérêts puissent être reliés et connectés au réseau. Par conséquent “the link” pourrait être un atout majeur dans la collecte de données 2.0 et pousser les actions marketing dans l’intimité la plus totale des individus, toujours dans l’objectif de cerner au mieux la personnalité des gens et leur proposer des produits publicitaires.

Cette vision est pessimiste et peut sembler totalement irréelle, seul le futur et les ambitions d’Elon Musk pourront répondre à cette question. 

Les dérives de cette technologie

Où est la limite de ce qu’on peut guérir ?

Une des menaces de Neuralink, et pas des moindre, concerne la limite de ce que peut “guérir” cette puce.

Bien que les experts de Neuralink espèrent traiter les hommes de la paralysie à la dépression, ils ont commencé à se poser des questions sur ce que la condition humaine est prête à accepter. L’autisme, par exemple, est considéré par beaucoup comme un problème à résoudre, tandis que d’autres le considère comme de la neurodiversité ou simplement comme une personne en bonne santé. 

Mais pire, qu’en est-il des communautés LGBT qui, pour certains, doivent être guéries ?

En effet, des individus pourraient vouloir “guérir” l’homosexualité et “réparer” les personnes transgenres avec des programes de traitement frauduleux ou malavisés destinés à les transformer avec des résultats désastreux.

Bien que cela soit toujours impossible (et peut gravement nuire), les tentatives de changement d’orientation sexuelle et d’identité de genre soulèvent de véritables problèmes moraux.

De nouveaux problèmes émergent

Évidemment, les premières choses auxquelles nous pensons par rapport à ce projet d’Elon Musk sont les menaces de piratage et de bugs. Ce n’est pas un problème à prendre à la légère car même un projet aussi bien intentionné peut tomber dans les mains de personnes qui ne le sont pas. Alors quels sont les risques concrètement ?

Pour commencer qu’est-ce que le piratage ?

Les pirates informatiques utilisent tous les moyens possibles pour voler des données sensibles (comme les mots de passe, les coordonnées bancaires, les données importantes stockées en ligne ou sur des ordinateurs). 

Par rapport à Neuralink, qu’il s’agisse d’individus ou de groupes travaillant pour diverses organisations, le piratage pose la question de la sécurité. Aucun système n’est infaillible, et dans le film de Christopher Nolan, Inception, nous pouvons survoler de nombreuses raisons qui pousseraient quelqu’un à pirater le cerveau d’un autre : secrets gouvernementaux, les informations personnelles pour le chantage, les secrets commerciaux et bien d’autres choses qui pourraient s’avérer précieuses pour un pirate informatique.

Manipuler quelqu’un, pour qu’il fasse quelque chose qu’il ne ferait pas autrement, pourrait également s’avérer utile.

Bien que les ordinateurs infectés puissent causer de graves dommages, nous pouvons également choisir de les fermer ou de fermer la fenêtre si toutes les autres méthodes échouent.

Si l’appareil intégré dans le crâne est attaqué par des logiciels publicitaires ou des virus, il peut ne pas être si facile de le désactiver.

L’inconnu : un facteur imprévisible

L’inconnu est une notion importante dans ce projet ! Comment les utilisateurs vont réagir face à une situation qu’ils n’avaient jamais rencontrée auparavant ?

Dans un premier temps, le projet Neuralink est un projet médical, mais les objectifs d’Elon Musk sont beaucoup plus larges. Suite à sa crainte que l’intelligence artificielle dépasse un jour l’être humain, il veut créer, à l’aide de cette petite puce, une sorte de “super-humain”. Celui-ci serait doté de nombreuses capacités supplémentaires, comme enregistrer des souvenirs, faire venir une Tesla à soi, ou encore avoir accès à internet via son cerveau. Toutes ces nouvelles capacités résultent de l’inconnu pour l’être humain, mais quel est le rapport entre l’être humain et l’inconnu ?

L’être humain a peur de l’inconnu, peur de la nouveauté, peur d’introduire un élément de désordre dans un quotidien que l’on a toujours du mal à stabiliser. De plus, la peur actionne l’anxiété, le stress et le manque de confiance en soi.

Et si l’on pouvait enregistrer tout ce que l’on voit et le diffuser à n’importe qui?

La capacité d’enregistrer ses souvenirs fait étroitement penser à l’épisode “retour sur image” de la célèbre série Netflix : Black Mirror. L’épisode se passe dans un futur assez proche, où la population est dotée d’une puce cérébrale qui leur permet d’enregistrer et de re-visionner leurs souvenirs. Cette puce pourrait avoir la capacité de soigner des maladies graves,  comme l’Alzheimer, mais l’épisode décide de traiter la dérive de la chose. En effet, elle montre le côté “malsain”, comme l’espionnage des pensées de quelqu’un, pouvoir se repasser des scènes et décrypter les moindres faits et gestes des personnes qui se trouvaient face à nous. C’est en tout cas c’est ce que Liam (le protagoniste de l’épisode) fait, et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça tourne mal !

Tout au long de cet article, l’impact de la nouvelle technologie “the link” a été évoqué et questionné. Reste à savoir comment cette puce va changer, ou non, notre quotidien.

Sources :

Cet article a été écrit par Paul Gayet, Arthur Besnehard, Romane Fouillen, Marie-Sophie Serradilla et Jules Guirois.

[INTERVIEW] Fils de Pomme, l’influence du cidre sur les réseaux sociaux

FILS DE PØMME, Vice meilleur Cidre-Poiré du monde 2017-2018, nous dévoile l’influence des réseaux sociaux sur leur entreprise. Jeunes, dynamiques et engagés, ils développent à leur image cette start-up. L’influence par les réseaux sociaux, placement de produits, communauté, ils nous expliquent tout.

En quelques lignes, expliquez-nous l’histoire de votre entreprise.

FILS DE PØMME est la 1ère cidrerie engagée 100% biologique et naturelle, créée par Théo et Valentin en 2017. Notre leitmotiv, retravailler le cidre en lui rendant toutes ses lettres de noblesse, pour avoir des cidres plus raffinés et élégants en bouche. 

Lire la suite de « [INTERVIEW] Fils de Pomme, l’influence du cidre sur les réseaux sociaux »

LES ENJEUX DES RÉSEAUX SOCIAUX POUR LES ENTREPRISES

Facebook, Twitter, Linkedin … Le nombre de supports sociaux est en constante évolution. Leur utilisation par les internautes change, les entreprises ont pour obligation de s’informer pour rester compétitives.

Nous sommes 7593 millions de personnes sur Terre et 3196 millions à être actifs sur les réseaux sociaux soit 42% de la population mondiale. En France, 60%  des personnes sont actifs sur réseaux sociaux, avec une utilisation quotidienne pour 91% de ces utilisateurs. L’utilisation des réseaux sociaux par les entreprises est donc essentielle.

Lire la suite de « LES ENJEUX DES RÉSEAUX SOCIAUX POUR LES ENTREPRISES »