Le newsjacking ou l’art de surfer sur l’actualité avec dérision

As-tu déjà entendu parler du #newsjacking ? 🧐  Tu sais, cette façon pour une marque de te faire marrer tout en t’incitant à acheter ? 

Chaîne de fastfood, marque de sous-vêtement ou même gouvernements utilisent cette stratégie pour faire passer un message. Le newsjacking est tout simplement une méthode qui a pour but de s’emparer d’un fait d’actualité, d’un événement ou encore d’un buzz existant pour le détourner à son avantage. 

Si tu es curieux d’en savoir un peu plus, feel free to continuer ta lecture 🤓  (oui oui, on fait un peu de franglais façon @yugnat999 à l’ESG)

via GIPHY

Comme tu le sais, ces dernières années ont plutôt été riches en actualités… Des scandales sur la data compromettant Facebook, en passant par les mouvements féministes, ou encore la désormais célèbre crise du COVID-19. Une vraie opportunité pour les marques de surfer sur l’actualité pour alimenter et renforcer leur image. 

“BE LAZY, SAVE LIVES” 🇩🇪

ou “sois paresseux, sauve des vies” pour les plus anglophones d’entre nous. 

C’est le titre de la dernière campagne du gouvernement Allemand pour sensibiliser les jeunes à accomplir leur devoir patriotique dans la guerre contre le coronavirus. Ce clip vidéo ironique met en scène un ancien combattant qui se souvient de ce temps de guerre où il suffisait de rester simplement à la maison pour sauver la population.

C’est avec tact et dérision que le gouvernement allemand, par cette vidéo, incite finalement les habitants à respecter les gestes barrières. Et c’est très bien joué ! On se prête au jeu, on ne fuit pas cette annonce gouvernementale comme on pourrait le faire devant une campagne lambda.

via GIPHY

Maintenant, abordons un sujet qui fait débat : la sexualisation du corps de la femme sur les réseaux sociaux. Par exemple, Instagram a pour habitude de censurer, grâce à un algorithme, des photos de femmes jugées “trop dénudées ». Attention, un téton ! 😱 

C’est d’ailleurs à cause de cet algorithme que Mood Paris, une marque de lingerie et maillot de bain française a vu sa campagne censurée et supprimée des réseaux sociaux. Alors, pour répondre soigneusement, les fondatrices de la marque ont décidé de publier de nouveau cette campagne… en présentant des hommes cette fois-ci ! Un pied-de-nez aux réseaux sociaux qui, selon elles, “considèrent les photos d’un homme en caleçon plus décent”. Doublé du hashtag #abodyisabody, Mood Paris a su relever le défi de lancer une campagne de lingerie engagée, d’actualité, accompagnée d’une dose de second degré.

“ALWAYS SAFE, ALWAYS FUN” 🍆

Si je vous parle de Facebook et de Cambridge Analytica, ça vous rappelle quelque chose ? Pour rappel, en 2018, les données personnelles de 87 millions d’utilisateurs Facebook avaient fuité. Données confiées et recueillies par Cambridge Analytica, société de publication stratégique combinant des outils d’exploration et d’analyse des données. Ces informations ont servi à influencer les intentions de vote en faveur d’hommes politiques qui avaient fait appel aux services de Cambridge Analytica.

Cependant, qui aurait cru qu’une marque comme Durex tirerait bon parti de ce bad buzz ?

Et oui, Durex a osé ! S’amuser de Facebook pour promouvoir sa marque. Le message ici ? Soyez toujours en sécurité avec Durex. Pas besoin de plus d’explications, vous avez bien compris le sens de la blague 😉

via GIPHY

TO CONCLUDE…

En somme, le newsjacking est un véritable outil marketing qui permet d’attirer l’attention du consommateur, le faire réagir. En utilisant cette stratégie, il faut bien savoir jouer la carte de l’humour pour éviter le fail. Il est également nécessaire de ne pas trop en faire, au risque que cela devienne lassant.

Alors si toi aussi, tu as envie de tester le newsjacking, voici nos conseils :

Avec tous ces ingrédients, tu auras l’opportunité de profiter d’un excellent outil de communication et d’un puissant levier pour ton marketing ! Well done 😁

via GIPHY

Sources

Cet article a été écrit par Alice Flamant, Cyrielle Bossé, Jeanne-Eloïse Guérin et Marion Plante.