Le sport reprend du souffle avec la réalité virtuelle

La réalité virtuelle est entrée a coup de poing dans le sport. Il n’était pas rare d’essayer plusieurs sports pour trouver celui qui nous plaisait réellement. Aujourd’hui, il suffit d’enfiler un casque sur la tête pour monter le col du Mont Blanc ou pour défier la plus grande vague du monde à Nazaré. Et tout ça, sans bouger de chez vous ! Mais parle-t-on encore de sport dans ce cas?

A l’ère où l’humain se déplace de moins en moins à pieds, où l’obésité est un enjeux majeur dans notre société. Nous savons qu’il est primordial de remettre la santé au coeur de nos vies, par l’alimentation et le sport. Alors comment la RV pourrait aider à combattre la sédentarité ? En créant de la motivation ! La régularité et la motivation sont les deux choses les plus difficiles à tenir quand on fait du sport. La RV permet des environnements plus immersifs et un suivi plus précis des résultats. Il est alors tout de suite plus intéressant d’aller courir dans la forêt que sur du bitume en pleine ville.

A qui profite réellement la RV?

Les sportifs de haut niveau ne peuvent plus se passer de la RV. En effet, le pilote de Formule 1 peut donc s’entraîner a n’importe quelle heure, n’importe quel jour sans être tributaire de son staff ou du circuit. Les casques sont en perpétuelle évolution : les bruitages, les sensations, le
graphisme, donnent l’impression au pilote d’être sur son circuit. Le golfeur peut s’entraîner sur le green sans être tributaire de la météo…
Et les exemples sont nombreux ! La RV devient alors une plue-value a ces professionnels. Analyses des résultats, des erreurs évitables, les sportifs ont trouvé un intérêt dans la RV.

La RV synonyme de solitude ?

Si demain, tout le monde utilise la RV pour faire du sport chez soi, la question de la solitude se pose. Et pour cela, il est possible maintenant de faire du sport en RV en ligne, avec ses amis ou en communauté pour faire du ping-pong ou du squash. Et ainsi vous pourrez partager en ligne votre perte de poids. Avantage, inconvénient? C’est à chacun d’en décider. Beaucoup sont ceux qui ne se sentent pas à l’aise dans une salle de sport. Le regard des autres, ne pas savoir comment utiliser les machines. Il n’est pas rare ceux qui n’utilisent que le tapis de course pour ne pas s’aventurer sur des machines compliquées à utiliser. En étant chez soi à faire son sport, il n’y a pas de jugements et les exercices sont diversifiés. C’est un bon moyen pour commencer une perte de poids.

Le sport grâce à la RV, une solution à long terme ?

Même s’il est plus amusant de faire du sport en tuant des monstres, la RV n’est pas une solution sur le long terme. Il est important de comprendre comment fonctionne le corps humain. Une perte de poids ou une transformation physique comprend des exercices poly articulaires et des exercices ciblés. Tous les grands sportifs allient cardio et musculation. L’utilisation de la RV est donc un complément au sport traditionnel. Si la perte de poids se fait rapide au début, il y a, comme chez chacun, un moment où la stagnation se fait. Faire appel à un coach sportif est alors une autre solution.

Le sport et la RV de demain?

Toujours à la recherche de nouvelles sensations et innovations, la réalité virtuelle n’est qu’a ses débuts dans le sport. Il pourrait y avoir, d’ici quelques années, des sports imaginés spécialement pour la réalité virtuelle. Le champ des possibles est grand. Le sport est au début de sa mutation.

Sources :

Cet article a été écrit par Camille Oizel

Nouvelles technologies et industries 4.0

pictogrammes et éléments qui composent l'industrie 4.0

Voici un petit récap’ pour vous définir l’industrie 4.0, quelle est son histoire et quels en sont les objectifs. Prêts ?

La digitalisation et l’adaptation des technologies numériques dans les différents processus industriels ont produit un changement dans le domaine de l’industrie. Ce changement a donné naissance à une nouvelle génération d’usine, appelé « Industrie 4.0 », « usine du futur » ou encore « smart factory ». Cloud, objets connectés, robots ou encore intelligence artificielle constituent les socles de cette industrie : autant d’outils qui font de l’usine 4.0 un système (ultra) interconnecté dans lequel les machines communiquent en permanence.

Cette industrie 4.0 se positionne dans la suite logique des révolutions industrielles. Décrite comme la quatrième révolution industrielle, elle se positionne après la mécanisation à la fin du XVIIIè siècle, la production de masse initiée par notre cher Henry Ford au début du XXè siècle et l’automatisation de la production à la fin du XXè siècle.

Quel est l’objectif de cette usine du futur ?

L’objectif de l’usine 4.0 est d’améliorer la flexibilité, sa productivité et sa réactivité pour répondre plus vite et mieux au besoin des consommateurs qui sont en attente de solution immédiate et personnalisée. Dans un monde ultra connecté, la demande client pilote désormais entièrement la production.

Le quotidien des consommateurs se voit amélioré grâce à ces nouvelles technologies mais qu’en est-il de celui des employés ?


Depuis le XIXème siècle, les nouvelles énergies ont permis de développer des usines. Cela a transformé la société. Les paysans et artisans sont devenus des ouvriers et l’exode rurale a fait son apparition dans les pays industrialisés. Les progrès technologiques ont permis d’augmenter la productivité des usines et la création de nouveaux emplois.

En revanche, la quatrième révolution n’est pas à l’image des précédentes. En effet, la principale limite n’est plus la technologie mais l’humain, pour accepter l’ère du numérique.

Pas de doute, les machines et les logiciels contribuent à décharger les salariés de certaines tâches pénibles, rébarbatives, voire dangereuses. Si l’heure n’est pas encore au remplacement de l’homme par la machine, les nouvelles technologies prennent du terrain et viennent tout de même se substituer de plus en plus à eux.

Aujourd’hui, s’il serait innocent de penser que les technologies modernes ne font pas disparaître des postes qui étaient destinés aux humains, il est important d’observer qu’elles sont tout de même en train de redéfinir les rôles des opérateurs.
En effet, les robots sont programmés pour effectuer des tâches répétitives à faible valeur ajoutée pendant que les opérateurs évoluent vers des tâches plus qualifiées et avec plus de valeur ajoutée.

Compris ? Il est temps de se détacher des mécaniques de l’ancien monde et d’évoluer vers la transformation.

Sources :

IFM40.fr
– Ordinal.fr
– Usine-digitale.fr
– Usinenouvelle.com
Pingflow.com

Cet article a été écrit par Cynthia Bréhin